Arts martiaux – MMA : José Aldo tire sa révérence !

Après 18 ans de combats acharnés, José Aldo a décidé de se retirer de l’Ultimate Fighting Championship (UFC). Avec 31 victoires (17 par KO) pour seulement 8 défaites, le Brésilien était bien plus qu’un simple combattant. C’était une véritable légende de son sport.
José Aldo lors de la pesée d’avant combat (Source : UFC Fans)

Pourtant, José Aldo da Silva Oliveira Junior de son nom complet, n’était pas prédestiné à la lumière. Originaire de Manaus, au Brésil, le jeune homme grandit dans la pauvreté et la violence. D’abord dans le football, José se tournera très vite vers le jiu-jitsu brésilien pour apprendre à se défendre dans la rue, mais aussi à la maison. Avec un père alcoolique et extrêmement violent, « Junior » comme on le surnomme, trouvera refuge dans cet art martial. Un choix payant au vu de tout ce qu’il accomplira par la suite dans ce domaine.

Des débuts rocambolesques !

La carrière de José Aldo décolle très tôt. À seulement 17 ans, le jeune homme décide de quitter sa ville natale pour rejoindre Rio. Son objectif est d’apprendre les arts martiaux mixtes. C’est là-bas, qu’il fera sans doute la rencontre qui va changer sa vie. Il fait connaissance avec sa future femme, Viviane Pereira Oliveira, alors spécialiste des arts martiaux dans le gymnase où il s’entraîne. Il apprend rapidement la capoiera et le muay thaï pour compléter sa panoplie. La même année, le Brésilien d’1m70, fait ses grands débuts en MMA. Pour son premier combat, « Junior » impressionne et ne tardera pas à se défaire de son adversaire. En seulement 18 secondes, il envoie son compatriote Mario Bigola au tapis d’un violent coup de pied à la tête.

José Aldo en plein combat (Source : Inside Sport)
Des années de règne !

Le « gamin » des favelas ne fera ses débuts en professionnel qu’en août 2004. José accusait déjà un gros palmarès avec 10 victoires pour une seule défaite en amateur. En 2008, il signe avec la promotion World Extreme Cagefighting (WEC). Les victoires s’enchaînent pour le Brésilien. Avec 5 victoires par KO lors de ses 5 derniers combats, Aldo « cartonne » avant de défier Mike Brown pour le titre poids plume au WEC 44. Alors en « pleine bourre », « Junior » n’aura aucun mal à se défaire de l’Américain. Aldo envoie Brown au tapis au deuxième tour et remporte ainsi son premier championnat à l’âge de 23 ans.

Après avoir défendu avec succès ce titre à deux reprises, Aldo accède à l’UFC dans le cadre de sa fusion avec le WEC en 2011. Changement de promotion donc, mais pas de statut. Le Brésilien garde son dû et est déclaré premier champion poids plume de l’UFC sans avoir combattu. Au sommet de son art, il conservera son titre 7 fois de suite en battant, au passage, des cadors de sa discipline (Urijah Faber, Chad Mendes, Jung Chan-Sung). Invaincu pendant 5 ans, de 2010 à 2015, le roi de Rio règne sur l’UFC. Avec un total de 25 victoires pour seulement 1 défaite, Aldo concrétise son rêve d’ado et devient une véritable star du Mixted Martial Arts (MMA).

José Aldo posant avec sa ceinture de champion des poids plume (Source : Pundit Arena)
Une fin de carrière en dent de scie !

Après une décennie d’invincibilité, Junior va tomber de haut. Sa carrière prend un tout autre tournant le 12 décembre 2015. Ce soir-là, le Brésilien affronte Conor McGregor à Las Vegas. Et malheureusement pour lui, sa dixième défense de titre va tourner au fiasco. Le combat ne durera que 13 secondes. Dès l’entame du combat, l’Irlandais touche Aldo au menton. Le Brésilien, KO, s’effondre dans la cage et perd sa ceinture si durement défendue pendant cinq ans. Une défaite expéditive qui va laisser des traces. D’autant plus qu’il n’aura jamais sa revanche tant espérée. L’Irlandais préférant monter de catégorie, en poids légers.

La défaite face à McGregor digérée, Aldo fait son retour au sommet, mais pas de la façon dont il l’espérait. Il va trébucher une première fois face à Max Holloway en 2017, perdant ainsi sa couronne. Puis, il s’incline une seconde fois, contre ce même combattant, six mois plus tard lors de la revanche. Ces deux défaites par KO mettent un grand coup d’arrêt à sa carrière.

José Aldo battu par Conor McGregor lors de l’UFC 194 à Las Vegas (Source : La Presse.ca)

En 2019, « Junior » tombe dans la catégorie des poids coqs. Son expérience lui permet alors de rebondir et le Brésilien se retrouve rapidement dans la course pour le titre. Malheureusement, il s’incline face à Marlon Moraes après décision de l’arbitre. La finalité de ce combat fera grand bruit, car Aldo méritait sans doute de gagner.

La suite peut s’apparenter aux montagnes russes. Aldo alternera entre défaites et victoires jusqu’à son dernier combat. Il s’incline d’abord contre Petr Yan par KO technique (TKO) au cinquième tour à l’UFC 251, avant d’enchaîner trois victoires consécutives face aux combattants les mieux classés de sa catégorie (Marlon Vera, Pedro Munhoz et Rob Font). Plus jamais champion de catégorie, « Scarface » comme on le surnomme, terminera sa carrière par une défaite face à Merab Dvalishvili en août 2022. Avec 21 victoires pour 7 défaites à l’UFC, José Aldo est considéré comme l’un des plus grands combattants de l’histoire du MMA et ce, malgré cette fin de carrière compliquée.

À 36 ans, José Aldo a donc décidé de dire stop au MMA. Le « gamin » des favelas ne sera donc pas de la partie pour l’UFC 283, prévu dans son pays, à Rio, le 21 janvier 2023. Aujourd’hui, son objectif premier n’est plus de s’imposer dans la cage, mais bel et bien d’offrir une enfance heureuse à ses protégés. Une chose que la vie ne lui a pas accordée. Avec un bébé de quelques jours et une petite fille de 10 ans, Joana, cette tâche ne s’annonce pas de tout repos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts
Lire plus

Mondial 2022 : le nouveau fiasco italien

Éliminée par la Macédoine du Nord, l’Italie n’ira pas à la prochaine Coupe du Monde. Les champions d’Europe se sont inclinés à domicile contre la formation des Balkans. C’est comme lors des Barrages de 2018, après une nouvelle désillusion que les Italiens rateront une nouvelle fois le Mondial. Après 2018, le peuple Italien ne vivra pas là grand fête tant attendue au Qatar. Une élimination qui fait beaucoup de bruit sur la planète football.
Lire plus

JO 2022 : L’ascension médiatique du biathlon, ce sport devenu télégénique  

Diffusée tout l’hiver en clair sur la chaîne L’Équipe, la discipline nordique s’impose désormais comme un produit phare des sports d’hiver en France. En deux décennies, les biathlètes tricolores ont réussi à faire de leur sport l'une des attractions des Jeux Olympiques d'hiver. Au point de séduire le grand public et d'exporter la pratique au-delà des montagnes, dans les villes.
Lire plus

Ballon d’or 2021 : pourquoi ce prix tant convoité fait autant polémique ?

Lundi 29 novembre 2021, au théâtre du Châtelet, a eu lieu la 65ème cérémonie annuelle du Ballon d’or. Ce titre récompense le meilleur joueur de football de la planète sur l’année civile. Il est octroyé par le journal français France Football, dans le cadre de plus de 170 votes de journalistes du monde entier. Malgré le prestige que représente ce titre, il est, depuis quelques temps énormément remis en cause et de nombreux reproches lui sont adressés. Retour sur la soirée qui cristallise le plus les passions de la planète foot.
Lire plus

Ricardo Londoño, un pilote de Formule 1 qui travaillait pour Pablo Escobar

La Colombie nous a offert 3 pilotes de Formule 1. Celui qui vous vient directement en tête est sans aucun doute le fameux Juan Pablo Montoya. Le dernier des trois pilotes à avoir couru en Formule 1 de 2001 à 2006. Le second pilote Colombien, Roberto Guerrero, à couru en Formule 1 de 1982 à 1983. Il est davantage connu pour ses hautes performances lors des 500 Miles d’Indianapolis que celles en Formule 1. Enfin, le tout premier et celui qui nous intéresse, Ricardo Londoño-Bridge.
Total
0
Share