Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

Deux frères ennemis en demi-finale de Ligue des Champions

Mercredi 10 mai, aura lieu la première manche d’un duel tant historique qu’exaltant. L’AC Milan recevra son grand rival dans un San Siro prêt à s’enflammer.

Partagez ce post

Deux enfants, un qui pleure et un jeune courageux, le jeune tifoso du Milan
Tifo de la Curva Sud lors du derby della Madonnina, 3 septembre 2022 (crédit : Matteo Vitali)

Une origine commune avant de se séparer pour l’éternité

En 1899, des expatriés anglais dont le footballeur Herbert Kilpin crée le Milan Cricket and Football Club. C’est à lui que l’AC Milan doit ses légendaires bandes rouges et noires : « Le rouge car nous serons des Diables et le noir pour la peur que nous inspirerons chez l’adversaire ». Le ton est donné. Dans les premières années, les Rossoneri remporteront par 3 fois le championnat italien (1901,1906,1907).

Cependant, 1908 sera le tournant qui séparera pour l’éternité la ville en deux.  La fédération italienne de football décide alors d’interdire le recrutement de joueurs étrangers. Des dissidents de l’équipe milanaise vont décider de s’unir afin de créer l’Internazionale. Les fondateurs souhaitaient donner la possibilité aux joueurs étrangers de porter les couleurs nerazurri. Ainsi, une nouvelle rivalité nait, le diable devra donc combattre il biscione en référence à un symbole de Milan.

Une ville, un stade, deux équipes

Le premier derby della Madonnina en référence à la madonne surplombant Milan depuis le toit du Duomo s’est soldé par la victoire 2-1 de l’AC Milan. Depuis, la tendance est plutôt à mettre au profit de l’Inter. Sur les 236 derbys, 86 l’ont été remportés par ces derniers contre 78 par leurs rivaux.

A l’instar d’autres derby dans le monde, cette rivalité prend son origine dans un clivage social important. En effet, les diavoli représentent la frange populaire milanaise tandis que les serpents sont supportés par les tifosi plus bourgeois. Cependant, l’ère de Berlusconi a quelque peu changé la sociologie de la tifoseria milanaise.

En plus de se partager la métropole italienne, les deux frères ennemis doivent laisser le rival entrer dans son antre à chaque affrontement. Le nom de la Scala del Calcio varie en fonction de l’équipe à domicile. San Siro pour les tifosi rossoneri et Giuseppe Meazza pour les interistes. Malgré qu’il ait joué dans les deux clubs, Meazza est reconnu pour avoir marqué de son empreinte l’Internazionale avec 284 réalisations, ce qui en fait son meilleur buteur.

Le Giuseppe Meazza pendant l’arrivée des joueurs de l’Inter (Photo by Mattia Ozbot/Getty Images)

Cette rivalité se perçoit dans les travées du San Siro avec deux kops qui se font face pour de tifos plus impressionnants les uns que les autres. La Curva Sud crée en 1968 voit se former la Fossa dei Leoni, le premier groupe d’ultras en Italie. Un an plus tard, la Curva Nord est créée afin de concurrencer leurs homologues. Depuis un pacte de non-belligérance signé en 1983, les groupes ultras se faisant face aux secondo anello. Dorénavant, ils ne se battent non plus avec leur force mais grâce à leur créativité. De plus, les deux groupes de tifosi se déplacent toujours en nombre dans les stades adverses afin de galvaniser leur équipe et porter haut les couleurs.

La créativité de la Curva Sud lors d’un match contre la Juventus. L’ancienne génération rencontre la nouvelle.

Deux clubs qui ont révolutionné le foot mondial

A travers le temps Milan a toujours été une ville révolutionnaire. Que ce soit par la mode, par son architecture mais que dire du football. De nombreuses villes à travers le monde « puent » le football mais le jour d’un derby della Madonnina, la ville s’arrête de respirer pendant 90 minutes.

Les deux clubs de Milan ont grandi au fur et à mesure des légendes qui y sont passés. Deux grands tacticiens qui ont révolutionné le foot mondial ont été à la tête des frères ennemis. La famille Moratti rachète le club en 1955 pour en faire une équipe digne d’une victoire continentale. Pour ce faire, Helenio Herrera arrivé en provenance du Fc Barcelone va perfectionner le célèbre catenaccio. Le technicien franco-argentin permet à la Grande Inter de remporter deux ligues des champions coup sur coup (1964 et 1965). La solidité défensive combiné à son attaque redoutable leur permet de devenir la première équipe à avoir gagné avec un parcours parfait (7 victoires et 2 nuls).

Le 20 février 1986,  Il Cavaliere Berlusconi rachète le club, pour lequel il vibrait durant son enfance : l’AC Milan. Le nouveau président prend le pari d’aller chercher un jeune entraineur aux idées novatrices : Arrigo Sacchi. Sous sa houlette l’AC Milan révolutionne le football. Avec une défense de fer, l’équipe peut se concentrer sur l’attaque avec son trio hollandais composé de Gullit, Van Basten et Rijkaard. L’entraineur au fort caractère est le premier entraineur à étudier en profondeur la personnalité de ses joueurs afin de créer une osmose parfaite.

Berlusconi accompagné de acteurs majeurs de la période dirigée par Sacchi (Crédit Euosport Italia)

Cependant c’est avec Fabio Capello que le club accomplit ses plus beaux faits d’armes. Arrivé en 1991, il gagnera 4 scudetti en 5 ans,  une ligue des champions avec la victoire contre le FC Barcelone et restera invaincu 58 matchs (1991-1993). Cette victoire 4 à 0 contre l’équipe du génie hollandais Cruyff et son football total restera gravée dans la roche tant il avait pris de haut le club italien.

Deux équipes au palmarès européen

L’AC Milan est la première équipe italienne à avoir remporté la Coupe des Champions en 1963. L’équipe emmené par Gianni « Golden Boy » Rivera et Cesare Maldini gagnera la finale grâce à un doublé d’Altafini. Depuis, les Rossoneri en ont gagné 6 autres tandis que leurs homologues n’en ont gagné que trois. Cependant, l’Inter est le dernier représentant italien à avoir soulever la coupe aux grandes oreilles (2010). Après sa défaite heureuse face au Fc Barcelone synonyme de qualification, l’Inter renversa le Bayern grâce à un doublé de Diego Milito. Cela permis à l’Inter de Mourinho de devenir le premier club italien à faire le triplé championnat, coupe nationale, Ligue des Champions.

Les joueurs de l’Inter célébrant la victoire en finale 2-0 conter le FC Bayern AFP PHOTO / JAVIER SORIANO

Sur la scène européen, le 10 mai prochain se jouera la 5ème confrontation.  Le championnat italien était au début du millénaire, celui que tout le monde attendait. Tous les fans de football ont en tête cette image montrant Materazzi et Rui Costa face à un écran de fumée rouge. C’était le 13 mai 2003. Après un match aller disputé au San Siro, le stade se colore noir et bleu pour accueillir les joueurs. Malgré l’ouverture du score par Shevchenko, l’AC Milan ne parvient pas à enfoncer le clou et Obafemi Martins accrochera le match nul. Cependant, avec l’ancienne règle du but à l’extérieur, l’AC Milan emmené par sa bandiera Paolo Maldini se qualifie pour une finale totalement italienne contre la Juventus. Le reste n’est qu’histoire et le buteur ukrainien de l’AC Milan crucifiera Gigi Buffon au termes d’une séance de penalty palpitante.

L’AC Milan célèbre sa victoire obtenu au terme d’une séance de T.A.B contre la Juventus (Crédit : Alex Livesey/Getty Images)

Une double-confrontation pour sauver une saison terne

Les deux rivaux ont eu une saison compliquée mais ce genre de match ne ressemble en rien aux confrontations en championnats. Au contraire le talent devra s’accompagner de l’amour du maillot.

Accéder à la finale permettrait à l’une des deux équipes de se qualifier directement à la prochaine édition. Avec 63 points, l’Inter devance son rival de deux points à 4 journées de la fin du championnat. Cela permettrait aux deux de pouvoir engranger de nombreux millions d’euros indispensables dans le football moderne.

Le football est si culturel chez nos amis transalpins que son ministre a décrété ce derby d’intérêt culturel. Cette rencontre devra être retransmise gratuitement par Amazon, détenteur des droits TV. Rendez-vous pour un derby brulant qui déchaine les passions des tifosi italiens. Qui du diable ou du serpent affrontera le vainqueur du choc entre Man City et Real Madrid ?

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share