Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

Jean-Michel AULAS : retour sur la carrière du père de l’Olympique Lyonnais

Lors de la rencontre OL-Reims, un magnifique hommage à Jean-Michel AULAS, Président emblématique de l’Olympique Lyonnais a eu lieu. Nous revenons sur la vie et la carrière d’un homme d'exception.

Partagez ce post

Projet d'une fresque en l'honneur de JM Aulas© Photo : ArtUp Lyon/Pierre Notton

Jean Michel, une enfance banale puis dramatique

Né en mars 1949, l’enfant de l’Arbresle, petite ville de l’Ouest lyonnais, Jean Michel Aulas qui deviendra le personnage le plus emblématique du football français, a une enfance très banale. Son père, professeur de français puis journaliste, et sa mère institutrice et directrice d’école, forment avec sa sœur aînée une famille normale et relativement aisé pour l’époque.

Au collège à Tarare, JMA commence un sport qui lui forgera son caractère, le handball. En effet, avant de s’attaquer au football, c’est bien dans le handball qu’il s’épanouit dans sa jeunesse. Son coéquipier de l’époque Robert Charles racontait : « C’était une véritable teigne. Il était plus petit et moins costaud que les autres, mais il était rapide, souple, déterminé. […] c’était un vrai battant, un gagneur. » (Thomas Nardone, Aulas l’enquête interdite). Ce caractère qui caractérise l’homme d’affaires entreprenant est donc bien ancienne. A 16 ans, c’est un événement dramatique, qui a brisé physiquement JMA. Victime d’un grave accident de ski, il évite de peu la paralysie. Il choisit ensuite l’opération, malgré le risque il veut tout faire pour continuer le handball au plus haut niveau, mais aussi pour devenir professeur de sport. C’est pourtant l’armée qui lui brisera son rêve en lui interdisant la pratique de cette profession. A 18 ans, le second drame de sa vie arriva. Le décès de sa mère est un point que JMA n’aborde pas, mais qui, sans aucun doute, a encore plus modelé l’homme qu’il ait maintenant.

Jean-Michel Aulas au cœur de sa première passion (Source : L’Equipe)

Aulas, le jeune entrepreneur talentueux

En mai 68, jeunesse est dans la rue, occupe les facs, et se bat pour une vie plus libre et moins dure. Jean-Michel Aulas lui, s’engage : non pas pour moins travailler, mais surtout pour que la jeunesse se fasse entendre. Ensuite, il se lance à 19 ans dans l’entrepreneuriat. JMA à la fois envieux d’aventure et d’autonomie crée avec 3 autres camarades de son CEGI (Centre Européen de Gestion par Informatique). Face à une réussite très rapide (50 employés en seulement 2 ans) CEGI se fait connaître dans la région. A 23 ans, JMA se marie, tout va bien pour lui dans les affaires. Il continuera dans ce domaine en créant CEGID (Compagnie européenne de gestion par l’informatique décentralisée) avec Jean-Claude Sansoe, et récupère rapidement son ancien réseau.

Le football qui est la deuxième passion de JMA entrera dans sa vie en 1987, alors âgé de 38 ans. C’est une bonne connaissance à lui, déjà installé dans le football français et dans l’entrepreneuriat qui le poussera à se lancer, Bernard Tapie. En effet, alors président de l’OM, B. Tapie appréciait l’entrepreneur lyonnais, et savait qu’il souhaitait s’approcher du milieu du football. Les deux hommes ont toujours eu un profil similaire et s’appréciaient. En octobre 2021, lors du décès de Bernard Tapie, JMA tweetait : « Tu nous manques beaucoup Bernard. Avec ta disparition, c’est un pan entier du football français qui s’éteint. […] ».

Bernard Tapie, à la fois modèle et ami de Jean-Michel Aulas (Source : Le Progrès)

Les premières années de l’OL avec JMA

Malgré quelques saisons mémorables, avec notamment plusieurs victoires en coupe de France, l’Olympique Lyonnais est dans les années 70 en crise financière. En 1987, lorsque JMA reprend la direction du club, l’OL est en deuxième division et l’objectif est clairement de remonter, chose faite en 1989, notamment grâce à Raymond Domenech. Le symbole est fort : Domenech qui avait dû quitter le club, tout comme Bernard Lacombe, pour sauver les finances du club, permettait la remontée en D1. Par la suite, le succès est réel malgré quelques mauvaises saisons où le maintien est en jeu.

Le début de la réussite

Lors de la saison 95, l’OL fini deuxième de ligue 1, puis en 96, participe à sa première finale de coupe de la ligue. Le club, devenant de plus en plus attractif, peut alors se permettre de recruter de grands noms : le premier marquant est l’attaquant Sonny Anderson. La saison 2000/01 est la première de la grande domination de l’Olympique Lyonnais sur le football français, avec le premier trophée depuis 1973. La rencontre face à Monaco en coupe de la ligue restera dans la mémoire des Lyonnais, et notamment dans celle de Patrick Müller, le défenseur lyonnais qui arrachait la victoire dans les derniers instants de la prolongation.[ https://youtu.be/ky9PBhxL1Kw ]

La remontée de l’OL en première division fêtées à Gerland (Source: Archives le Progrès)

La grande époque, 7 ans de règne sans concurrence…

D’abord avec Jacques Santini, puis avec Paul Le Guen, et enfin sous Gerard Houllier, l’OL s’impose comme l’équipe à battre. Monaco, Lens, puis Paris s’approcheront de Lyon les premières années, mais sans réussir à passer devant. La légende de l’Olympique Lyonnais s’installe alors, et JMA triomphe. Ce succès revient aussi aux joueurs qui ont marqué l’histoire de l’OL, comme évidement Juninho qui est sûrement le meilleur tireur de coup franc que le football ait connu, Greg Coupet le gardien emblématique aujourd’hui entraîneur, mais encore Sidney Govou ou encore le jeune Benzema. Entre 2001 et 2008, l’Olympique Lyonnais réussi aussi sur la scène européenne avec notamment des matchs mémorables à Gerland contre les plus grandes équipes du moment, mais ne parvient malheureusement pas à passer les demi-finales.

JMA célèbre avec Sébastien Squillaci le 7ème titre consécutif de l’OL (Source : MAXPPP/Stéphane GUIOCHON)

… et 16 ans de règnes chez les femmes

Pour Jean-Michel Aulas, le développement de ses deux sections est précieux. Réel acteur précurseur du football féminin en France, le Président a fourni des moyens importants pour faire de Lyon, mais aussi de la France, un pilier du football féminin. Depuis 2007, l’OL se développe et a su parfois redorer l’image du club à la suite de résultats décevants chez les hommes. En ne perdant qu’une seule fois le championnat de France, et en gagnant 8 titres en Ligue des Champions, l’équipe féminine brille. Et elle est une vraie vitrine aux Etats-Unis, où le soccer féminin est très développé. Leur dernier titre sous la présidence de Jean-Michel Aulas sera célébré ce samedi, une dernière grande fierté pour le Président qui partira l’esprit tranquille sur ce plan.

Equipe féminine de l’OL qui impose sans merci sa domination sur le football français, mais gagne aussi en Europe ( Source : Progrès /Stéphane GUIOCHON)

Les années de déclin pour l’OL

Les années 2010 n’ont pas été les plus belles années des Lyonnais. Malgré quelques belles années, il est compliqué pour la génération 2010 de faire aussi bien que ces ainés. La réussite de l’Olympique Lyonnais reste son centre de formation, qui a vu sortir des joueurs qui marqueront les supporters, comme Lacazette, Fekir, Grenier, Lopes, Gonalons… Les dernières années de JMA ne sont donc pas les plus belles, mais en 2020, lors du Final 8, l’OL fait à nouveau vibrer. D’abord en sortant la Juventus de Turin, puis Manchester City, les plus jeunes voient pour la première fois leur équipe briller, les plus anciens redécouvre un jeu convaincant. Malgré cette belle épopée, Lyon ne parvient pas à être au devant de la scène ces dernières années en Ligue 1.

Les Lyonnais prennent la pose après avoir vaincu 3-1 le Manchester City de Pep Guardiola (Source : FRANCK FIFE / AFP / POOL)

La suite, l’après Jean-Michel AULAS

 JMA sait qu’il ne pourra un jour plus présider le club comme à ses débuts, il commence à évoquer la suite. Le nom de Tony Parker est évoqué, mais ne semble plus actuel. Le rachat du groupe OL par l’investisseur John Textor a précipité les choses. Sa décision de démettre de ses fonctions JMA est tombé, bien qu’il reste Président d’honneur du club. Samedi dernier, pour la dernière rencontre de la saison au Groupama Stadium, son stade, un immense hommage des supporters et du club lui a été rendu. Un au revoir festif où les légendes de l’OL étaient réunies.

JMA, avec ses joueuses, célèbre ému le dernier titre de l’OL sous son ère (Source : Progrès/ Norbert Grisay)

Pour Jean-Michel Aulas, la retraite n’est cependant pas encore arrivée, au sein des organisations nationales de football, le lyonnais ne quittera pas le paysage du football français. Il restera dans la mémoire de tous les Lyonnais amoureux de son personnage pourtant controversé.

Auteur / autrice

  • Ludovic Cantin

    Je suis étudiant en sciences politiques et en relations internationales à HEIP Lyon. Le sport et la politiques sont mes passions. J'écris principalement sur le football et malencontreusement, je supporte chaque dimanche l'Olympique Lyonnais.

    Voir toutes les publications
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share