Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

L’actu écolo de la semaine du 17 avril

Manifestation contre l'A69, pollution de l'air, pesticide interdit… voici les principales infos sur l’écologie qui ont marqué la semaine du 17 au 23 avril 2023.

Partagez ce post

Manifestation contre un projet d'autoroute entre Castres et Toulouse, près de Soual, dans le Tarn, le 22 avril 2023 afp.com/Lionel BONAVENTURE
Manifestation contre un projet d'autoroute entre Castres et Toulouse, près de Soual, dans le Tarn, le 22 avril 2023 afp.com/Lionel BONAVENTURE

Les cinq infos de la semaine :

  • Une manifestation festive contre le projet d’autoroute Toulouse-Castres

Un mois après les violents événements de Sainte-Soline, une importante manifestation a été organisée dans le Tarn pour demander l’« arrêt immédiat » du projet d’autoroute A69 reliant Castres à Toulouse. Ce projet va impacter 420 hectares de terres, dont 316 Ha de surfaces agricoles… Cela va permettre un gain de temps pour les automobilistes d’entre 15 et 35 minutes. Face à cela, plus de 8 200 personnes (4 500 selon la préfecture) ont marché dans le calme et la bonne humeur sur le futur tracé de l’A69. Les manifestants ont construit un mur sur la route, chanté des slogans comme « No macadam ! » ou encore organisé une course de caisses à savon.

Sources : Le Monde, Reporterre, Le Figaro

  • L’Anses interdit le S-métolachlore

L’Agence de sécurité sanitaire (Anses) a officiellement interdit les principaux usages du S-métolachlore en France. Cet herbicide est classé « cancérogène suspecté » et ses produits de dégradation contaminent les eaux souterraines ainsi que l’eau potable. La vente de ce produit est autorisée jusqu’au 20 octobre 2023, et les stocks pourront être utilisés jusqu’au 20 octobre 2024. L’Anses a pris cette décision malgré la pression du gouvernement et de la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, qui s’inquiète de l’absence d’alternatives à ce pesticide.

Sources : Franceinfo, Le Journal du dimanche, Le Figaro

  • Les océans battent un record de chaleur

Selon l’Agence américaine d’observation océanique, les eaux de surface des océans ont atteint une moyenne de 21,1°C en avril. Il s’agit d’un record depuis le début des relevés, en 1981. Et la situation pourrait s’aggraver avec le retour d’El Niño. C’est un phénomène climatique qui contribue au réchauffement des eaux du Pacifique. Le réchauffement des mers bouleverse la biodiversité marine, dont certaines espèces doivent migrer. De plus, cela accentue les risques de phénomènes météorologiques extrêmes (cyclones, ouragans…).

Sources : Libération, Reporterre, Le Monde

  • Le Parlement européen adopte une réforme du marché du carbone

Le Parlement européen a voté une réforme du marché du carbone de l’Union européenne. Les quotas d’émissions des industriels, soit leurs « permis de polluer », vont être réduits pour les inciter à émettre moins de gaz à effet de serre. De plus, ce mécanisme est étendu à de nouveaux secteurs, comme le transport maritime. Un autre marché, « ETS 2 », a aussi été créé pour les ménages. En ce sens, ils devront payer un prix du carbone sur le chauffage et les carburants.

Enfin, une taxe carbone va être mise en place aux frontières de l’Union européenne pour que les industriels important des produits sur le continent appliquent les principes du marché du carbone. Ces mesures font partie du Pacte vert pour l’Europe, qui prévoit d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Sources : Le Figaro, BFMTV, Le Monde

  • L’OMM publie son rapport sur l’état du climat en 2022

L’Organisation météorologique mondiale (OMM), un instance des Nations Unies, vient de publier son rapport sur l’état du climat en 2022. Elle rappelle que la température moyenne de l’année dernière a été 1,15°C plus chaude en comparaison des niveaux préindustriels (1850-1900) et que les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais observées. Ce réchauffement climatique provient de la concentration dans l’atmosphère des gaz à effet de serre, émis par les activités humaines. Il entraîne une accélération de la fonte des glaces et de la hausse du niveau des mers. Le dérèglement climatique contribue à la multiplication des événements météorologiques extrêmes, à l’image des inondations au Pakistan. Il perturbe les écosystèmes (par exemple : les périodes de floraisons) et menace certaines populations humaines (déplacements de populations, insécurité alimentaire…).

Sources : Franceinfo, Libération, Le Figaro

La citation de la semaine : « Paris à 50°C »

Il s’agit du titre d’une mission d’information et d’évaluation du Conseil de Paris. Ce Conseil a proposé 85 recommandations pour adapter la capitale française aux canicules qui vont s’intensifier avec le réchauffement climatique. Sont notamment mis en avant la rénovation thermique des bâtiments, la végétalisation de la ville, la mise en place d’espaces de fraîcheur (fontaines, placettes ombragées…). Les rapporteurs proposent aussi d’adapter le rythme de travail en fonction de la chaleur et de reporter certains grands événements.

Sources : Le Figaro, Le Monde, 20 Minutes

Le chiffre de la semaine : 1 200

Selon un rapport de l’Agence européenne de l’environnement (AEE), la pollution de l’air provoque encore 1200 décès prématurés chez les enfants et les adolescents du continent européen. La pollution de l’air est le principal risque environnemental pour les mineurs. Elle provoque des maladies comme l’asthme, dont souffrent 9% des jeunes Européens. Dans un précédent travail, l’AEE estimait que 238 000 personnes – tout âge confondu – sont mortes à cause de la pollution en Europe en 2020. L’Union européenne souhaite réduire de plus de 50% des décès prématurés par rapport à 2005 d’ici 2030. L’AEE estime qu’elle est sur la bonne voie pour atteindre cet objectif.

Sources : L’Info durable, Les Échos, Euronews

L’animal de la semaine : la fourmi électrique

La fourmi électrique (wasmannia auropunctata) est un insecte originaire d’Amazonie. Aussi appelée « petite fourmi de feu », elle est identifiable à son corps orangé… et à ses piqûres qui provoquent des décharges électriques désagréables pour l’Homme. Pourquoi en parle-t-on ? Parce que c’est une espèce invasive qui se répand de plus en plus en France. Découverte en octobre dernier dans le Var, elle a probablement été involontairement importée dans des plantes venant d’Amérique du Sud. Classée comme « espèce préoccupante » par l’Union européenne, elle fait l’objet d’un plan d’éradication en France.

L’apparition de la fourmi électrique dans le sud du pays menace les fourmis locales et déstabilise la chaîne alimentaire. Les invasions biologiques (fourmi électrique, mais aussi frelon asiatique, ambroisie, écrevisse américaine…) peuvent avoir des conséquences désastreuses pour les écosystèmes. Une récente étude a montré que leur coût était aussi important que celui des inondations ou des tremblements de terre.

Sources : Le Figaro, Le Monde, TF1

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share