Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

L’actu écolo de la semaine du 1er mai

Plan vélo, manifestation à Rouen, voitures électriques… voici les principales infos sur l’écologie qui ont marqué la semaine du 1er mai au 7 mai 2023.

Partagez ce post

Le gouvernement a annoncé un investissement de 2 milliards d'euros pour favoriser l'usage du vélo. @ Didgeman / Pixabay

Les cinq infos de la semaine :

  • Le gouvernement débloque 2 milliards d’euros pour le plan vélo

Le gouvernement d’Élisabeth Borne a annoncé un investissement de 2 milliards d’euros pour développer la pratique du vélo sur les quatre prochaines années. En septembre dernier, un budget de 250 millions d’euros avait déjà été annoncé pour l’année 2023. Cet argent va permettre de construire des pistes cyclables ou de mettre en place des aides pour l’achat d’un vélo. Mais également favoriser les mesures pour lutter contre le vol. De formations pour apprendre aux plus jeunes à tenir sur une selle seront aussi dispensées.

Sources : Les Échos, Franceinfo, Reporterre

  • Une manifestation contre le projet de contournement routier de Rouen

Le week-end du 6 mai, une mobilisation contre le projet de contournement Est de Rouen a rassemblé plusieurs milliers de personnes. Ce projet ancien, validé par le Conseil d’État en 2020 puis par le gouvernement l’année suivante, vise à construite 41 kilomètres d’autoroute entre l’A28 et l’A13 afin de désengorger le trafic. Les manifestants, notamment soutenus par Les Soulèvement de la Terre, dénoncent l’artificialisation de 500 hectares de terres. Parmi eux, 270Ha de terres agricoles et 142Ha de forêt. L’efficacité du projet est contestée. D’une part pour son « effet rebond » (“plus il y a de routes, plus il y a de voitures“). Et d’autre par pour son coût exorbitant (autour d’un milliard d’euros selon les opposants).

Sources : Reporterre, Le Figaro, Ouest France

  • La vente de piscines hors sol interdites dans les Pyrénées-Orientales

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a annoncé l’interdiction de la vente de piscines hors sol dans les Pyrénées-Orientales. Ce département du sud de la France est victime d’une grave sécheresse depuis plusieurs semaines. Ceci a amené l’État à mettre en place des restrictions sur l’usage de l’eau. L’interdiction des piscines hors sol doit permettre de décourager les gens de remplir leurs piscines. Cette pratique est notamment désormais interdite dans le département. C’est la première fois qu’un produit est interdit alors qu’il ne représente pas de risque pour ses utilisateurs.

Sources : Le Monde, Reporterre, BFMTV

  • La Californie victime de fortes pluies

Depuis le début d’année, la Californie, un territoire habituellement aride, subit des pluies diluviennes dues au passage de tempêtes hivernales. Les inondations ont causé la mort d’une trentaine de personnes et privé d’électricité une centaine de milliers de foyers. Mais ces fortes pluies ont aussi permis le remplissage des réservoirs d’eau de la région. C’est le cas du lac Tulare, qui s’est reformé après avoir été asséché pendant 80 ans. Si les tempêtes hivernales sont habituelles en Californie, le dérèglement climatique amplifie ces phénomènes météorologiques.

Sources : Libération, BFMTV, Franceinfo

  • Le phénomène climatique d’El Niño pourrait survenir cette année

El Niño est un phénomène climatique qui se traduit par un réchauffement d’une partie de l’océan Pacifique, conduisant à une élévation des températures mondiales et par un accroissement du risque d’événements climatiques extrêmes. Il revient tous les deux à sept ans et alterne avec un autre phénomène cyclique, La Niña (qui, lui, se traduit par un refroidissement des températures). D’après un bulletin de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), il y a 80% de chances pour qu’El Niño réapparaisse entre juillet et septembre.

Sources : Le Monde, Le Figaro, Libération

La citation de la semaine : « Nous sommes sur une trajectoire vers les 3°C au niveau mondial, et donc pour la France métropolitaine, ça veut dire +4°C »

Le Conseil national de la transition écologique (CNTE), ici représenté par le sénateur écologiste Ronan Dantec, vient d’adopter un avis enjoignant la France à se préparer à un réchauffement climatique allant jusqu’à +4°C d’ici la fin du siècle. Cette institution, composée de représentants de collectivités territoriales, d’ONG, de syndicats, de patrons et de parlementaires, estime que le pays doit anticiper un réchauffement plus important que l’objectif des +1,5°C prévu par l’Accord de Paris. Ces projections rejoignent celles du gouvernement. En ce début d’année, Christophe Béchu à appelé à sortir du « déni » en établissant un scénario de réchauffement à +4°C.

Sources : Le Monde, Le Figaro, Franceinfo

Le chiffre de la semaine : 10 millions

C’est le nombre de voitures électriques qui ont été vendues dans le monde en 2022. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les ventes devraient encore augmenter de 35% cette année et atteindre 14 millions de voitures électriques. D’ici 2030, l’électrification du parc automobile devrait permettre de diminuer la demande de pétrole de 5 millions de barils par jour, pour une demande totale qui est à actuellement 102 millions de barils par jour.

Sources : Les Échos, BFMTV, Vert

L’animal de la semaine : le triton crêté

Le triton crêté (triturus cristatus) est une espèce d’amphibien long d’une quinzaine de centimètres et reconnaissable à son corps sombre marqué de tâches et à son ventre orange vif. Il tire son nom de la crête dorsale qu’arborent les mâles au printemps. Le triton crêté vit dans la partie nord de la France. Dans le Sud-Ouest, il est remplacé par une autre espèce : le triton marbré.

À Rouen, le triton crêté est un des animaux menacés par le projet de contournement routier. C’est pourquoi les opposants au projet ont mené des actions pour « armer » la forêt de Bord, située sur le tracé de la future autoroute, comme des marques et des clous plantés sur les arbres pour empêcher leur abattage. Ils ont également creusé une mare afin d’y attirer les tritons. Favoriser l’implantation de cette espèce protégée permet de renforcer l’étude d’impact du projet autoroutier et de lui mettre des « bâtons dans les routes », pour reprendre l’expression des manifestants.

Sources : Reporterre, Libération, Franceinfo

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share