Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

l’Arabie saoudite seule en lice pour la Coupe du Monde de football 2034

L’Arabie saoudite investit de plus en plus dans le sport et notamment dans le football. Dernier exemple en date : la Coupe du Monde de football 2034 qu’elle est pratiquement sûre d’organiser en attendant l’officialisation fin 2024.

Partagez ce post

Le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane célébrant la victoire de l’Arabie Saoudite face à l’Argentine, lors du mondial 2022 au Qatar, accompagné de Gianni Infantino. © Nigel Keene/ProSportsImages/DPPI via AFP
Le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane célébrant la victoire de l’Arabie Saoudite face à l’Argentine, lors du mondial 2022 au Qatar, accompagné de Gianni Infantino. © Nigel Keene/ProSportsImages/DPPI via AFP

L’Arabie saoudite investit de plus en plus dans le sport et notamment dans le football. Dernier exemple en date : la Coupe du Monde de football 2034 qu’elle est pratiquement sûre d’organiser en attendant l’officialisation fin 2024. 

Les pays qui voulaient accueillir la Coupe du Monde de football 2034 avaient jusqu’à mardi 31 octobre 2023 pour déposer leurs candidatures. Alors que l’Australie était l’un des prétendants, elle a finalement renoncé au dernier moment, laissant la voie libre à l’Arabie saoudite.

Un petit coup de pouce de la part de la FIFA ?

La FIFA a-t-elle tout fait pour ouvrir la porte à l’Arabie saoudite pour organiser la Coupe du Monde 2034 ? C’est la question qu’on peut se poser. Étant donné que celle de 2030 se déroulera dans trois continents différents : en Europe avec l’Espagne et le Portugal ; en Afrique avec le Maroc et enfin en Amérique du Sud avec des matchs au Paraguay, en Argentine et en Uruguay. Ces déplacements dans le monde laissent peu de doutes pour une campagne sur le lieu du mondial 2034. En effet, seulement deux possibilités de continent : l’Océanie et l’Asie. Une organisation réfléchie par la Fifa pour laisser plus de chance à l’Arabie saoudite d’organiser l’une des compétitions les plus vues au monde ?

Alors que l’Arabie saoudite souhaitait à l’initiale candidater pour l’édition de 2030 avec l’Egypte et la Grèce, le pays a décidé de se consacrer à celle de 2034 avec une candidature en solitaire, histoire d’avoir toute la gloire. De plus, ce sera la première fois qu’un pays organisera une Coupe du Monde en solo avec 48 équipes présentes. Ainsi, le 4 octobre 2023, l’Arabie Saoudite annonce sur X (anciennement Twitter) sa candidature pour organiser la Coupe du Monde 2034. Or, la règle établie par la Fifa pour pouvoir candidater à l’organisation de cette Coupe du Monde qui aura lieu dans quatorze stades et d’en avoir déjà sept existants. Un problème pour l’Arabie saoudite ?

Non, depuis que la Fifa a changé cette règle après l’annonce de la candidature officielle du pays du Moyen-Orient. Désormais, le pays doit posséder seulement quatre stades et pourra entamer les travaux pour construire les autres d’ici 2034. Parfait ! Puisque l’Arabie saoudite a dû se plier à cette même règle lors de sa désignation pour accueillir la Coupe d’Asie des Nations, en 2027.

Et l’Océanie dans tout ça ?

La date butoir pour annoncer l’intention d’organiser la Coupe du Monde 2034 s’arrêtait le 31 octobre 2023. Finalement, seulement l’Arabie saoudite s’est portée candidate. Au départ, ce n’était pas le cas. L’Australie souhaitait participer à cette élection en intégrant potentiellement l’Indonésie à sa candidature. Plus facile d’organiser un événement à 48 équipes sur deux territoires. Or, un retournement de situation provoqué par l’Indonésie qui finalement a préférée soutenir l’Arabie Saoudite. De plus, le continent asiatique a décidé de se ranger derrière un seul pays pour les représenter, celui du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud.

Marqué par l’échec et l’humiliation qu’avait subie l’Australie en 2022, en obtenant seulement un vote lors de la désignation du Qatar pour la Coupe du monde, la nation australienne a décidé de ne pas faire campagne et donc de laisser le champ libre à l’Arabie saoudite.

Ainsi, fin 2024, il n’y aura aucun suspense lors de la révélation officielle de l’organisateur de la Coupe du Monde de football 2034. Aucun vote ne sera donc nécessaire pour désigner l’Arabie saoudite, ce qui ne devrait pas déplaire à ce pays loin d’être démocratique.

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share