Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

Le rugby français sur le toit de l’Europe

Deux finales de coupes d’Europe, deux victoires françaises, deux exploits. Le week-end dernier était prometteur pour les amateurs du ballon ovale, il n’a pas déçu. Le Stade Rochelais a réussi à conserver son titre européen au terme d’un match d’une intensité rare et décroche sa deuxième étoile. En Challenge Cup, le Racing Club Toulonnais s’est imposé largement. Entre victoires et belles histoires, le rugby français a brillé et affirme sa suprématie en Europe.

Partagez ce post

Le XV de la Rochelle a maintenu le titre samedi dernier au terme d'un match historique (Source : AFP)

Le RCT gagne la Challenge Cup pour la première fois 

Champions Cup, Top 14 et même Pro D2, le RCT avait tout gagné sauf la Challenge Cup. C’est chose faite. Le club devient ainsi le premier à gagner les 3 prestigieuses compétitions. Sans titre depuis 2015, les Rouges et Noirs se savaient attendus. Auteur d’une saison moyenne en Top 14, le XV des Rouges et Noirs semble incertain pour les phases finales. Mais cette victoire leur permet d’éclaircir leur fin de saison, tout en faisant rentrer le club encore un peu plus dans l’histoire. 

Le match en lui-même n’était pas à la hauteur du rendez-vous : les Toulonnais ont écrasé les Glasgow Warriors. Collectivement, l’équipe reposant sur un effectif solide et une bonne maîtrise du jeu a su s’imposer très rapidement dès le début de la rencontre. Menée tout le match, l’équipe écossaise n’a pas su répondre aux assauts répétés des Toulonnais. Score final : 43 – 19 avec 6 essais. De quoi contenter les supporters varois qui ont réservé un accueil chaleureux de leurs héros à l’aéroport.

Les joueurs du RCT célébrant leur victoire en Challenge Cup (Source : Reuters)

La rencontre a également été marquée par plusieurs individualités. Omniprésent, Baptiste Serin a réalisé une première mi-temps incroyable avant de sortir, touché à la cheville. On peut soulever également la prestation de l’ailier sud-africains, Cheslin Kolbe, nommé joueur du match. D’autres événements ont également marqué la rencontre : l’annonce du départ de Mathieu Bastareaud, légende rugbystique de Toulon. Il y aura tout gagné et tout vécu. Autre grand final d’une légende : Sergio Parisse. Le troisième ligne italien de bientôt 40 ans a réalisé une performance de grande classe, en dehors et sur le terrain, à l’image de sa carrière

L‘exploit Rochelais

Vainqueurs l’année précédente, les hommes de Ronan O’Gara ont réitéré l’exploit contre un Leinster sûr de lui. Depuis le début de la compétition, l’équipe irlandaise, composée à majorité de joueurs issus de sélection nationale, impressionne de par sa maîtrise du jeu et sa suprématie physique. D’autant plus qu’à la différence avec la finale précédente, celle-ci a eu lieu dans le temple du rugby irlandais : l’Aviva Stadium de Dublin.

Le début de rencontre a d’ailleurs été terrible pour les Rochelais.Les Maritimes se sont fait submerger par les vagues irlandaises. 17 – 0 au bout de 12 minutes de jeu avec un essai dès la 40e seconde de jeu. Mais le Stade Rochelais a tenu le siège et relevé la tête. Les hommes de Ronan O’Gara sont remontés au score. Au terme d’un match irrespirable d’une intensité folle, le Stade Rochelais s’impose 27-26 et conserve son titre. On notera les prestations XXL du capitaine Grégory Alldritt, nommé meilleur joueur de la compétition ou encore celle de Will Skelton, monstrueux et omniprésent. Les performances tout en maîtrise d’Antoine Hastoy et de Brice Dulin ont également joué un grand rôle dans la victoire rochelaise.

Défilé du bus du Stade Rochelais sur le Vieux-Port de la Rochelle le lendemain de leur deuxième victoire en Champions Cup contre le Leinster (Source : SUD OUEST)

Le Stade Rochelais affirme son statut de grand club

Si la victoire précédente était historique dans sa nouveauté, celle-ci sera retenu par la prestation et l’exploit réalisé des Jaunes et Noirs. Submergés par les flots mais pas coulés, ils se sont imposés avec maîtrise et manière, dans un duel jusqu’au sang pour certains. La rencontre a également été marquée par le soutien du public charentais et français au sens large. Le 16ème homme, matérialisé par 3 000  supporters sur place et de 40 000 sur le Vieux-Port, a été une des clefs de réussite du match. Au retour des héros le lendemain du match, ils étaient 50 000 sur le Vieux-Port pour célébrer la victoire.

Par cette mobilisation populaire, ses exploits et ses victoires devenues routine, le Stade Rochelais s’inscrit dans la lignée des grands clubs français et européens. Prochain  défi : le bouclier de Brennus. Réaliser le doublé permettrait au club d’entrer encore plus dans la légende. A suivre.

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share