Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

REC 2024 : Le festival du rugby européen à Paris 

Connu comme le “Tournoi des 6 Nations B”, le Rugby Europe Championship édition 2024 s’est clôturé ce week-end avec les finales du tournoi, au sud-ouest de Paris. Vingt-huit essais, des milliers de spectateurs et de nombreuses actions de classe, les huit équipes présentes ce dimanche, au stade Jean Bouin, ont fait parler leur rugby dans cette compétition que remporte une nouvelle fois la Géorgie.

Partagez ce post

La Géorgie remporte son 7ème titre d’affilé dans la compétition. (crédit : Rugby Europe)
La Géorgie remporte son 7ème titre d’affilé dans la compétition. (crédit : Rugby Europe)


La Pologne voit rouge contre les
Diables Noirs 

Sous une fine pluie et un stade encore peu rempli, les joueurs belges donnent le coup d’envoi de cette rencontre déterminante pour le maintien dans la compétition. Face à des Polonais en manque de victoires (4 défaites en autant de matchs), les hommes de Laurent Dossat ont voulu imposer leur rythme dès le début de la première mi-temps. L’arrière belge Siméon Soenen s’illustre rapidement pour permettre à ses coéquipiers de mener 07-00 dès la troisième minute de jeu. Les bons lancements de jeu s’enchaînent et face à ces vagues répétées, les Biało-czerwoni craquent, sans avoir les armes pour contrer les assauts des hommes en rouge. Les 30 acteurs rentrent au vestiaire tandis que le score est sans appel : 22-03 pour la Belgique. 

Au retour des vestiaires, les conditions météorologiques empiètent sur la qualité du jeu, le rendant brouillon et moins dynamique. La question est avant tout de savoir qui arrivera à aligner quelques passes pour obtenir des actions dangereuses. Et nous ne tardons pas à le savoir, puisque à la 53e minute, le demi de mêlée belge, Julien Berger, se faufile dans le côté fermé et sert son coéquipier Hugues Bastin qui ira finir dans l’en-but pour porter le score à 29-03.  

Le sort du match est scellé, mais la Pologne obtient tout de même l’essai de l’honneur à la 64e minute sur une belle percée des hommes en blanc. La Belgique répliquera à la 78e minute pour clore les débats et s’emparer de la 7ème place de la compétition. Les Diables Noirs terminent cette édition 2024 du Rugby Europe Championship avec un bilan positif de trois victoires et deux défaites, mais avec une avant-dernière place frustrante. Une petite déception que ne cache pas Julien Berger, le numéro 9 belge, à notre micro ; “On voit que même avec trois victoires on finit 7ème, à ce niveau-là c’est sur des petits détails, c’est pour ça que là-dessus il va falloir travailler l’année prochaine”. Quant aux Polonais, ils sont relégués dans le Rugby Europe Men’s Trophy, le second échelon des compétitions de Rugby Europe, où figure des équipes telles que la Croatie, la Suède ou bien l’Ukraine. 

La rigueur néerlandaise fait plier l’Allemagne 

Disséminés dans les tribunes du stade Jean Bouin, les supporters des Oranjes et de la Mannschaft ont donné de la voix pour encourager leur équipe dans ce match pour la 5ème place. Les Pays-Bas avaient déjà affronté les Allemands en phase de poule et s’étaient imposés 39 à 13 à domicile. Les hostilités sont donc lancées, entre une Allemagne revancharde et des Hollandais portés par leur volonté d’aller vers l’avant. Malgré plusieurs fautes de main, les coéquipiers de Willie du Plessis ouvrent le score à la 13e minute par l’intervalle de Reinhardt Fortuin qui inscrit les premiers points de la rencontre. La domination impressionnante des hommes de Lyn Jones se concrétise par deux essais supplémentaires avant la pause. Dans le stade, les supporters néerlandais commencent à exulter et, au rythme de quelques pintes de bière, charrient les quelques Allemands présents en scandant : “Zéro”. L’arbitre siffle la fin de la mi-temps sur un score largement à l’avantage des Pays-Bas (24-00). 

 Les Pays-Bas ont dominé l’Allemagne pour finir à la 5ème place du tournoi. (crédit : Rugby Europe)

On aurait voulu assister à la révolte de l’Allemagne, mais tout l’inverse se produit puisque, les privant du ballon, les Hollandais inscrivent leur quatrième essai à la 49eme pour leur plus grand bonheur et celui des fans. Puis, à la 62ème et 66ème minute, Bart Wierenga inscrit deux nouveaux essais pour signer un triplé sur la pelouse du stade Jean Bouin et porter le score à 45-00. L’écrasante domination de la Hollande se traduit aussi par leur dissuasion défensive qui leur a permis de n’encaisser aucun point lors de ce match. Les Allemands disposeront d’une dernière cartouche pour sauver l’honneur en toute fin de rencontre, mais, comme à l’image de l’ensemble de la partie, ils n’arriveront pas à la concrétiser. 

Les conditions étaient réunies pour performer, le troisième ligne des Oranjes, Spike Salman, nous en parle à notre micro : “Par rapport au match précédent, il y avait moins de pluie donc on pouvait plus jouer et on s’était dit de faire les choses qui ne demandent pas beaucoup de talent à fond”. L’équipe des Pays-Bas terminent à la 5ème place comme pendant l’édition 2023 et est déjà tournée vers la qualification pour la prochaine coupe du monde en Australie. 

Les Roumains n’ont pas su contenir la furia espagnole 

Dans ce match aux saveurs de déjà-vu sur le Vieux Continent, l’Espagne et la Roumanie s’affrontent une nouvelle fois pour la médaille de bronze. Après avoir été vidé de ses spectateurs, le stade Jean Bouin s’apprête à vivre une soirée monumentale. 

Les Espagnols et les Roumains sortaient chacun de deux défaites de suite contre la Géorgie puis le Portugal et avaient besoin de se relancer en allant chercher cette troisième place. Après des hymnes remplis d’émotion, les acteurs de la rencontre sont prêts à initier cette bataille de 80 minutes. Les premières secondes sont  intenses, mais c’est bien le XV du Lion qui est cueilli à froid suite à un essai de Ionel Melinte dès la 5eme minute, à la réception d’une passe au pied splendide de Vaovasa. Le public roumain se réveille et commence à entonner leurs chants habituels pour pousser leur équipe. Un deuxième coup de massue pour l’Espagne intervient un peu plus tard lorsque, à quelques centimètres de la ligne d’en-but roumaine, Gabriel Pop intercepte une passe d’un joueur ibérique et remonte tout le terrain pour finir sous les perches (12-00). 

L’Espagne remporte la troisième place du tournoi contre la Roumanie. (crédit : Rugby Europe) 

La domination espagnole, jusqu’alors stérile, va se concrétiser par deux essais de grandes classes permettant au coéquipier du capitaine Mario Pichardie de reprendre le fil de la rencontre et de devancer la Roumanie de deux points au tableau d’affichage. Un essai sur la sirène scelle la première période et les hommes de Pablo Bouza rentrent au vestiaire avec un avantage de neuf points (21-12). 

L’équipe avec le plus de plaquage sur l’ensemble du tournoi attaque la seconde période avec le plein de confiance et roule sur les joueurs du pays de Dracula en inscrivant deux essais supplémentaires pour porter le score à 35-12 à la 50ème minute. Quelques accrochages ponctuent la rencontre et l’espoir de révolte initié par l’essai du roumain Jason Tomane à la 58ème minute est anéanti par Santiago Ovejero, qui permet à la sélection espagnole de passer la barre des quarante points à dix minutes du terme de la rencontre (40-19). Les hommes du sélectionneur français David Gérard, profitant de l’inattention des Ibériques, viendront inscrire deux essais en bout de rencontre (40-33). Ils arrivent même à se procurer une dernière action pour aller peut-être accrocher une prolongation, mais leur manque de précision aura raison d’eux. 

L’arbitre gallois Adam Jones siffle la fin du match et l’Espagne prend sa revanche sur l’édition précédente en remportant la médaille de bronze contre leurs rivaux roumains. Thierry Futeu, pilier du XV du Lion, évoque ce résultat à notre micro : “L’objectif, c’était de faire un bon tournoi et pourquoi pas finir premier ou deuxième, mais après avoir raté la deuxième et la première place on est allé chercher la troisième place”. Les Espagnols, après avoir raté la coupe du monde pour avoir aligné un joueur inéligible en matchs de qualification, reprennent confiance avant les échéances futures.

Duel de mastodontes pour une finale à sens unique 

Jean Bouin est en fusion à la sortie des joueurs. Les supporters portugais et géorgiens, arborant fièrement leurs couleurs, sont venus en nombre pour assister à cette finale du Rugby Europe Championship 2024. Les hymnes résonnent au plus haut du stade du sud-ouest de la capitale française. La finale, entre les deux sélections qui s’étaient quittées sur un match nul (18-18) lors de la dernière coupe du monde en France, s’annonce palpitante.  

L’ambiance est à son paroxysme dans l’enceinte sportive, mais, dans ce début de match, les deux équipes sont sur leur garde. Les Portugais n’ont pas la main sur la balle tandis que la Géorgie tente de percer la bonne défense des Lobos qui ne cèdent aucun espace. Malgré tout, Luka Matkava passe deux pénalités et les Lelos virent en tête de six points à la 13eme minute. La rencontre s’annonce tendue entre les deux équipes qui ont marqué le plus d’essais et le plus de points dans cette édition de la compétition. La pression des Caucasiens est débordante et les hommes de Daniel Hourcade sont obligés de se retrancher dans leurs vingt-deux mètres. En concédant deux nouvelles pénalités, le Portugal est dos au mur avant la fin de la première mi-temps. Un coup de pied lointain de Hugo Camacho permet tout de même de ramener ces coéquipiers à neuf points de la Géorgie au moment où l’arbitre siffle la pause (12-03). 

Au retour des vestiaires, la tendance ne s’inverse pas. Les Géorgiens assoient leur domination en inscrivant le premier essai de la partie par l’intermédiaire de l’ailier Tabutsadze après la réception d’une passe au pied splendide de Luka Matkava (17-03). Les hommes de Richard Cockerill continuent leur rouleau compresseur sur la défense portugaise qui n’a pas les ressources nécessaires pour contrer les assauts des Caucasiens. La difficulté de placement des Ibériques ajoutée aux frictions entre les deux camps permet aux Lelos de rajouter deux nouveaux essais au score déjà lourd (29-03). Les espoirs de la sélection lusophone sont ternis à la 65eme minute laissant les chants du public géorgien résonner dans l’ensemble du stade Jean Bouin. 

Après un nouvel essai de l’équipe avec le moins de plaquage effectué dans la compétition, le Portugal arrive à sauver l’honneur grâce à Rodrigo Marta qui porte le score à 36-10 dans les ultimes instants. Monsieur Trainini, l’arbitre français de la finale, siffle la fin de la rencontre et le stade explose de joie. Les Géorgiens sont sacrés pour la septième fois de suite dans la compétition, de quoi assouvir leur règne sur le second échelon du rugby européen. La déception des Portugais contraste avec le bonheur de la sélection du Caucase qui célèbre ce nouveau titre avec leurs supporters. 

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share