Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

Transat Jacques Vabre : Retour sur la terre ferme

Après bientôt un mois de course, l’heure du bilan a sonné. Alors même que certains bateaux sont déjà de retour à “La Base” à Lorient, certains sont encore en route vers la Martinique.

Partagez ce post

Les Ultim arrivés à Fort-de-France. (Crédits photo : Mario Gilbert)
Les Ultim arrivés à Fort-de-France. (Crédits photo : Mario Gilbert)

ULTIM : Route directe 

Dans la catégorie des maxi-trimarans volants, dite “Ultim”, tous les participants sont arrivés à bon port, entre le 12 et le 15 novembre. C’est le Maxi Banque Populaire XI d’Armel Le Cléac’h et de Sébastien Josse qui a franchi la ligne en premier, après 14 jours et 10 heures de course. Cinq heures plus tard, c’est l’embarcation de François Gabart et de Tom Laperche, SVR Lazartigue, qui est arrivée à Fort-de-France. Maxi Edmond de Rothschild (skippé par Charles Caudrelier et Erwan Israël) complète le podium, malgré une avarie du système de barre qui l’avait éloigné du duo de tête. Sodebo et Actual ont retrouvé le plancher des vaches le lendemain, à cinq heures d’écart.

Tous les Ultim sont donc actuellement rentrés dans leur port d’attache, à l’exception de Gitana, qui a entamé son convoyage le 18 novembre. Cette Transat aura servi de répétition générale pour la classe, qui entamera son premier tour du monde à l’occasion de l’Arkéa Ultim Challenge, au départ de Brest le 7 janvier prochain.

OCEAN FIFTY :  Trois arrivées, trois abandons

L’Ocean Fifty est le plus rapide à avoir relié la Martinique en 11 jours et 11 heures, soit le temps de course le plus rapide toutes classes confondues ! Cela s’explique par le parcours plus court que celui des Ultim, qui devait contourner l’île de l’Ascension. Ce parcours a tout de même été semé d’embûches, notamment avec une escale à Lorient pour protéger la flotte de la forte météo attendue pendant la tempête Ciaran. 

Finalement, c’est Solidaires en Peloton qui a remporté la mise, barré par Thibaut Vauchel-Camus et Quentin Vlamynck. Réalités et Viabilis Océan complètent le podium. Malheureusement, sur six trimarans engagés, trois ont dû abandonner : Le Rire Médecin (démâtage)  – Lamotte, Primonial (avarie sur le flotteur bâbord) et Koesio (carénages de bras de liaison endommagés). 

IMOCA : Départ retardé, arrivée groupée

Les monocoques de 60 pieds n’ont quitté le port du Havre que mardi 7 novembre, aussi pour éviter les conditions météorologiques plus que capricieuses. Malheureusement, cela n’a pas endigué les dégâts au sein de la catégorie. En effet, cinq duos ont dû abandonner pendant la course, sans compter le duo Dalin – Bidegorry qui avait annoncé son abandon, avant même le départ pour des raisons médicales. Prendre le départ était pourtant primordial dans la course à la qualification au Vendée Globe 2024 pour Charlie Dalin.

Au niveau des résultats, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière remportent cette seizième édition à bord de For People. Paprec Arkéa et For the Planet complètent le podium. Charal, Initiatives Coeur et Teamwork.net, sont arrivés le même jour que les premiers, dans un mouchoir de poche. Cependant, un Imoca est toujours attendu à Fort-de-France : Lazare, de Tanguy Le Turquais et de Félix de Navacelle.

CLASS40 : La course continue

Comme pour les Ocean Fifty, la course des Class40 (monocoques de 40 pieds) a été coupée en deux étapes avec une escale à Lorient. La catégorie a été marquée, comme pour les Imoca, par cinq abandons. Les arrivées des Class40 ont débuté jeudi dernier (23 novembre). Déjà vainqueurs de la première étape, c’est l’Italien Ambrogio Beccaria et le Lorientais Nicolas Andrieu qui sont arrivés les premiers en Martinique, à bord de Alla Grande Pirelli. Ils ont été suivis de près par Amarris et IBSA, respectivement deuxième et troisième. Les arrivées se sont enchaînées ces derniers jours mais neuf bateaux sont toujours en lice. 

Auteur / autrice

  • Niels ROOMAN

    Étudiant en journalisme, j'aimerais en faire mon métier. De la Formule 1 à l'athlétisme, en passant par la course au large, le sport est ce qui me fait vibrer ! Je m'intéresse aussi à d'autres thématiques telles que la géopolitique ou l'environnement. Bonne lecture !

    Voir toutes les publications
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share