Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

« Carnet de campagne » – Mais en fait, ça veut dire quoi faire campagne ?

C’est un mot omniprésent dans les médias et pourtant beaucoup ignorent ce que celui-ci veut vraiment dire. Faire campagne n’est pas nouveau en politique, il est maintenant temps de décortiquer ce terme que l’on écoute à foison à quelques semaines des élections européennes. CSactu vous aide à y voir plus clair.

Partagez ce post

Le discours, un moyen de faire campagne

Commençons par une définition assez triviale. Les campagnes électorales sont les moyens par lesquels les candidats et les partis politiques préparent et présentent leurs idées et leurs positions sur des questions aux électeurs dans la période précédant le jour de l’élection. Tout simplement, rien de plus rien de moins. Mais attention ce n’est pas si facile que ça, il faut rentrer un peu plus dans les détails.

Premièrement, comment fait-on campagne ? Vaste question aux réponses multiples. Les Hommes politiques utilisent une variété de techniques pour sensibiliser les électeurs et livrer leurs messages, y compris à travers des médias traditionnels et nouveaux, des événements publics, des documents écrits, ou d’autres moyens. Cela passe par les plateaux télévisions, les meetings, les interviews et j’en passe. Bref faire campagne n’est pas chose aisée. Et j’ai oublié de citer la star des campagnes politiques, les débats. Sujet épineux et l’arrivée des élections européennes prouvent que ceux-ci font polémiques.

Des règles difficiles à suivre

En campagne il y a un chemin à suivre. Tous les candidats doivent être sur le même pied d’égalité et cela n’est pas une mince affaire. Pour expliquer cela, revenons sur notre star des campagnes, les débats. Jeudi 23 mai à 20h15 sur France 2, un débat a eu lieu entre Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national à l’élection européenne et Gabriel Attal, le premier ministre représentant la liste du gouvernement menée par Valerie Hayer.

Jusque là tout va bien, vous avez ici l’exemple d’une manière de faire campagne assez courante. Mais ce n’est pas si simple que ça. À l’annonce de ce duel très attendu entre les deux listes en tête des sondages, le Rassemblement national et Renaissance, Olivier Faure, secrétaire du Parti socialiste (PS), grogne. Dans un courrier adressé au gendarme de l’audiovisuel, le samedi 18 mai, il demande à l’institution de « mettre en œuvre son pouvoir de régulation pour assurer le respect de l’expression pluraliste du débat politique ».

Pour les roses, engagés dans la campagne européenne avec Raphael Glucksmann, 3ème homme du scrutin selon les sondages, une telle joute télévisée à 15 jours seulement de l’élection pourrait remettre en cause la sincérité du scrutin. « Envoyer Gabriel Attal à la place de Valérie Hayer pour un face-à-face contre celui qu’ils ont choisis pour être la seule opposition, le Rassemblement nationale est tout simplement un déni de démocratie », s’insurge Gérard Leseul, député PS de la 5ème circonscription de Seine-Maritime. Des mots forts mettant en relation deux termes complémentaires: campagne électorale et démocratie. 

Les campagnes, symbole d’une démocratie qui fonctionne

Une élection démocratique digne de ce nom nécessite un vote libre et informé, mais aussi comme évoqué auparavant une possibilité égale pour les candidats d’être élus. Les campagnes électorales sont cruciales pour atteindre cet objectif. Alors quelques soit la forme que celles-ci prennent (meetings, interviews, débats…), il faut encourager les hommes politiques à réaliser des campagnes complètes et pas d’en éviter une partie comme certains savent si bien faire et inversement, il faut pousser les citoyens à suivre de près celles-ci pour qu’ils aient une idée précise de ce pourquoi ils votent. 

Mais est-il possible de ne pas faire campagne? En réalité oui, un exemple marquant est celui d’Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle 2017. Le choix du président a été d’éviter au maximum de faire campagne et de s’appuyer sur les faux pas de ses opposants et sur son bilan. Mais attention, Gérard Leseul rappelle quelque chose d’important, « ne pas faire campagne est possible lorsqu’on est déjà élu mais cela n’est pas une garantie de succès loin de là, il faut être un candidat sulfureux pour oser faire ça».

Une déclaration discutable mais montrant que ne pas faire campagne ne fait pas l’unanimité  En tout cas, ce terme est omniprésent dans la sphère médiatique et j’espère que CSactu a réussi à éclaircir celui-ci. Malheureusement, pour ce qui est des campagnes pour les européennes, celles-ci tournent à la polémique mais c’est comme partout, il y a des hauts et débats.

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share