La démocratie est-elle en danger sur le continent américain ? 

L’assaut du Capitole à Washington en 2021, une tentative d’insurrection au Brésil en ce début d’année, si cette nouvelle décennie doit nous faire comprendre quelque chose, c’est que la démocratie n’est en aucun cas irréfragable notamment en Amérique que ce soit au Nord ou au Sud.
Manifestations des partisans de Bolsonaro © EVARISTO SA / AFP
L’assaut du Capitole à Washington 

Il y a tout juste deux ans, le bâtiment où est exercé le pouvoir législatif des États-Unis d’Amérique avait été envahi par des partisans de Donald Trump. Considérant que les élections de 2020 qui confrontaient le président sortant à Joe Biden avaient été truquées, un véritable assaut avait été lancé envers cette institution. 

En effet, la situation sanitaire obligeant certains américains à voter par correspondance, des partisans de Mike Pence et Donald Trump ont fustigé les résultats et ont alors pénétré dans le Capitole. 

Le bilan est assez conséquent, on parle de quatre émeutiers morts, une manifestante abattue ainsi qu’une centaine de blessés. Malgré les pertes, c’est l’assaut en lui-même qui a fait le tour du monde puisque c’est la démocratie américaine qui a perdu de sa crédibilité. Cette attaque montre la fragmentation de la démocratie notamment entre les deux camps. Le camp démocrate satisfait de l’élection puis, le camp des Républicains considérant que les élections ont été volées. 

La tentative d’insurrection au Brésil 

Les partisans de Jair Bolsonaro ont envahi ce 8 janvier 2023 trois institutions importantes du Brésil à savoir le Congrès, le Palais présidentiel ainsi que la Cour suprême de Brasilia. Élu officiellement le 30 octobre 2022 par le peuple brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva renverse électoralement le président sortant. Bolsonaro ainsi que ses militants ont contesté l’issue de ces élections présidentielles.

Œuvres d’art saccagé, bureaux vandalisés, l’attaque formée par des militants du président vaincu dans les lieux du pouvoir démontre la fragilité de la démocratie même en Amérique du Sud. 

Ainsi une semaine après son investiture, Lula a dû solliciter les forces militaires pour assurer le calme et à la lourde charge de réconcilier son peuple et renforcer l’unité nationale. 

Que retenir de ces deux évènements ? 

Deux pays, deux contestations quant à la véracité du scrutin, deux assauts sur des institutions du pouvoir. Si le Brésil et les États-Unis sont à 7 000km l’un de l’autre, la situation reste foncièrement semblable. Une troupe de militants qui mettent à mal la démocratie en contestant d’une part une élection, d’autre part, la passation de pouvoir entre le président sortant et le président élu par le peuple. 

Si les élections présidentielles ravivent toujours les passions – et donc les débats – le président élu se doit d’assurer le maintien de la stabilité au sein de son pays ainsi qu’à la démocratie. 

La tendance à contester les résultats d’un scrutin peut alors mettre à mal la démocratie notamment lorsqu’un candidat dispose du soutien d’un nombre assez conséquent de la population. 

Voir aussi : “Brésil: Lula se dit convaincu que le palais présidentiel a été ouvert aux émeutiers de l’intérieur”

  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
Emmanuel Macron et Angela Merkel s'enlaçant lors des adieux de Merkel
Lire plus

Adieux d’Angela Merkel à la France : Un symbole de l’amitié franco-allemande

Ce mercredi 3 novembre dernier, Angela Merkel se rendait à Beaune afin d’être accueillie par Emmanuel Macron, Président de la République française et y faire ses adieux. Ce dernier la recevait dans le but de lui remettre les insignes de Grand’Croix de la Légion d’honneur. C’est dans une ambiance chaleureuse qu’Angela Merkel a fait ses adieux après seize années à la chancellerie allemande. Des au revoir placés sous le symbole de l’amitié franco-allemande. 
manifestation climat
Lire plus

Quand les enfants nés en 2021 auront 30 ans…

Mercredi 23 juin, une centaine de scientifiques rattachés au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ont dévoilé un projet de rapport très alarmant. Les conséquences dévastatrices du dérèglement climatique seraient palpables bien avant 2050 si les politiques n’envisagent pas de drastiques mesures.
Total
0
Share