Polémique autour de Sanna Marin : une jeune première ministre qui bouscule les codes

Ce 17 août, en Finlande, la première ministre Sanna Marin se retrouvait au cœur d’une polémique nationale. Deux vidéos d’elle dansant lors d’une soirée entre amis venaient de fuiter, ce qui engendra une vague de critiques envers la représentante finlandaise. Retour sur cet épisode controversé, symbole d’une vision manichéenne de la fonction de chef d’un Etat.
La première ministre finlandaise Sanna Marin, réalisant ici un discours devant le drapeau de son pays et celui de l’Union Européenne (crédit : afp.com/Franck ROBICHON)
La première ministre finlandaise Sanna Marin, réalisant ici un discours devant le drapeau de son pays et celui de l’Union Européenne (crédit : afp.com/Franck ROBICHON)
Une vidéo privée découlant sur une polémique :

Une simple soirée entre amis s’est transformée en une véritable polémique en Finlande ces derniers jours. La jeune Première ministre Sanna Marin s’est en effet retrouvée dans la tourmente après que deux vidéos d’elle en train de danser lors d’une soirée avec ses proches ont fuité.

Étant déjà en poste au moment de ces extraits vidéos, cela fut une aubaine pour les détracteurs de Sanna Marin. La Première ministre a de suite été la cible de nombreuses critiques. C’est notamment la branche conservatrice du pays qui n’a pas apprécié de voir la cheffe de l’État se déhancher ainsi. Cela relèverait d’un manque de professionnalisme, d’un manque de sérieux d’après ses opposants. Ils se sont notamment interrogés sur sa capacité à diriger le pays, au lendemain d’un évènement comme celui-là. Plus encore, certains ont sous-entendu que la jeune femme aurait pu être droguée à cette petite fête.

Face à cela, Sanna Marin est apparue très désemparée les jours qui ont suivi. Elle s’est notamment exprimée, revendiquant son droit à la vie privée, lors d’un discours où elle n’a pu cacher son émotion. Malgré cela, elle a tenue à clarifier la situation quant à cette fameuse soirée. Elle a affirmé avoir bu de l’alcool, sans pour autant avoir consommé une quelconque drogue. Puis, elle s’est pliée à un test antidrogue qui est revenu négatif. Enfin, Sanna Marin a ensuite tenu à affirmer que cet évènement n’avait en rien altéré sa capacité à exercer sa fonction dès le lendemain.

Les faits s’arrêtent là. À priori pas de quoi en faire une polémique nationale, ayant eu des échos jusqu’à l’international. Pour autant, c’est un débat de fond qui en a découlé.

Sanna Marin, une jeune cheffe de l’Etat dont le fonctionnement dérange :

Au-delà de la polémique autour de ces vidéos, c’est un vrai débat qui a découlé de cette affaire. En effet, Sanna Marin est une jeune Première ministre de 36 ans seulement, dont les méthodes sont constamment pointées du doigt.

Alors que cela fait désormais trois ans qu’elle est au pouvoir, cette sociale-démocrate n’a cessé de bouleverser les codes de la fonction. On lui a ainsi reproché par le passé sa tenue vestimentaire par exemple. À l’occasion d’une photo pour un magazine, la jeune femme était apparue avec un blazer, laissant apparaitre un décolleté, sans rien en dessous. Cela n’avait déjà pas du tout plu à une partie de la population finlandaise, en plein cœur de la crise de la COVID-19. On lui a ainsi reproché de jouer à la mannequin plutôt que d’assurer la vie politique du pays.

Une soirée précédente avait aussi fait polémique, puisque la ministre avait dansé sans son téléphone et qu’elle n’avait pas pu être ainsi alerté de son état de cas contact au coronavirus.

Puis, ce fut son mariage, pour lequel elle a été soupçonnée d’avoir utilisé l’argent de l’État. Elle avait alors dû se justifier en affirmant que toutes les dépenses concernant son union avaient été à ses frais.

D’autres petits sujets de ce type avaient ainsi entrainé des polémiques en Finlande depuis son arrivée au pouvoir en 2019. Sa manière de gouverner assez novatrice et moderne a ainsi un peu perturbé la population finlandaise.

C’est de là que découle donc le débat du rôle que doit tenir un chef de l’État. La branche conservatrice finlandaise s’est à plusieurs reprises offusquée du comportement de Sanna Marin. Tandis que l’autre partie de la population défend la Première ministre, affirmant qu’elle reste une femme ayant le droit d’avoir une vie privée, mais aussi de rester moderne tout en remplissant ses fonctions.

Dans toute l’Europe également, ces multiples évènements divisent. C’est une véritable vision manichéenne de la fonction qui fait ainsi débat. Alors, un chef d’Etat peut-il avoir une vie privée, faire la fête, s’habiller de manière moderne ? À vos avis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts
Dessin procès Dereck Chauvin 20 avril 2021
Lire plus

Condamnation de Dereck Chauvin : Un tournant historique dans la justice américaine

Ce jeudi 20 avril 2021, à Minneapolis, le policier Dereck Chauvin est reconnu coupable du meurtre de George Floyd, décédé en mai dernier. Cette condamnation est un tournant historique pour les États-Unis en termes de justice. À la suite du décès de George Floyd, l’officier Dereck Chauvin est incriminé pour trois chefs d’accusation : meurtre, homicide involontaire et violences volontaires ayant entraîné la mort de George Floyd. Cette inculpation était devenue le symbole des violences policières faites contre les minorités américaines.
Valéry Elophe devant sa voiture de campagne - Valentin FRANCY
Lire plus

Valéry Elophe: «Je dis aux jeunes que toute votre vie est conditionnée par la politique.»

Valéry Elophe est conseiller régional pour la région Nouvelle Aquitaine. Âgé de 48 ans et né à Brive-la-Gaillarde en Corrèze, il a rejoint le Rassemblement National en tant que militant avant de gravir les échelons au sein de la fédération. Il est devenu ainsi délégué départemental du RN pour la Corrèze et élu à la région depuis juin 2021. Valéry Elophe nous reçoit au bar-restaurant le Malabar à Malemort-sur-Corrèze, entre deux opérations de tractages, afin d'évoquer pour CSactu, son rôle de conseiller régional et sa candidature aux élections législatives. De plus, il a accepté d'évoquer avec nous son engagement au Rassemblement National ainsi que la jeunesse, thématique chère à notre journal.
Lire plus

Marlène Coulomb Gully : « Il faut foncer car nous avons besoin d’avoir des représentantes en politique. »

Marlène Coulomb Gully est chercheuse en communication et professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université Toulouse II Jean-Jaurès. Spécialiste de la question du genre, de la politique et des médias, elle revient pour CSactu sur son dernier ouvrage, "Sexisme sur la voie publique : femmes, éloquence et politique", une réflexion sur la place de la parole des femmes en politique.
Total
0
Share