Elon Musk réinvente la liberté d’expression sur Twitter… mais à quel prix ?

Lorsqu’il rachète Twitter en octobre 2022, Elon Musk annonce vouloir défendre coûte que coûte la liberté d’expression. Une promesse, qu’il ne manque pas de mettre en œuvre en réintégrant les grands noms du complotisme… et en excluant ses détracteurs !
Elon Musk
Image libre de droits ©Brett Jordan

Jusque-là, la communauté internationale se contentait de regarder d’un œil inquiet les déboires du milliardaire. Après un rachat pour 44 milliards de dollars le 27 octobre, Elon Musk avait licencié la moitié de ses salariés. Tout juste la mesure avait-elle provoqué des sursauts individuels, avec deux millions d’utilisateurs en moins.

Mais lorsqu’il suspend, le 15 décembre dernier, les comptes d’une douzaine de journalistes américains, c’est la goutte de trop. Dès le lendemain, la Commission européenne comme les Nations unies dénoncent l’atteinte à la liberté d’expression.

Suspensions de comptes

Les journalistes visés étaient accusés d’avoir publié des tweets renvoyant à un site traçant la localisation de son jet privé. Parmi eux figurent notamment Donnie O’Sullivan, journaliste à CNN et Ryan Mac du New-York Times

En réalité, ceux-ci réagissaient à une décision prise mercredi de suspendre une dizaine de comptes de “flight tracking”. Ceux-ci consistent à suivre les déplacements des jets privés de milliardaires. L’un d’eux était particulièrement visé : @elonjet. Créé par un étudiant de 20 ans, Jack Sweeney, celui-ci partageait en temps réel la position du jet d’Elon Musk. Pour ce faire, le bot” (diminutif de robot) ne faisait que reposter les données émises publiquement par l’avion.  

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le PDG de Twitter s’est empressé de justifier sa décision dans plusieurs tweets.  “Me critiquer toute la journée est tout à fait acceptable, mais révéler ma position en temps réel et mettre ma famille en danger ne l’est pas.”, explique-t-il.

Elon Musk justifie sa décision par un tweet publié dans la nuit du 15 au 16 décembre 2022. © @elonmusk
“Reprendre le contrôle”

Si les comptes de journalistes sont aujourd’hui rétablis, la situation n’en reste pas moins “préoccupante” selon Volker Turk, le haut-commissaire des Nations unies aux droits humains. Le 5 novembre, il avait déjà adressé une lettre ouverte au milliardaire, en réaction aux licenciements jugés abusifs.

Le respect de nos droits humains partagés devrait tenir lieu de garde-fous pour l’utilisation et l’évolution de la plateforme.

Extrait de la lettre ouverte de Volker Turk adressée à Elon Musk, le 5 novembre 2022.

Pour le journaliste suspendu Donnie O’Sullivan, l’acte de celui devenu l’homme le plus riche du monde s’apparente à une tentative d’intimidation visant les reporters couvrant ses entreprises. 

L’opinion est partagée par Reporters sans frontières. Dans un communiqué, son secrétaire général Christophe Deloire ne mâche pas ses mots pour décrire la situation : “il faut reprendre le contrôle démocratique de ces plateformes avant qu’elles ne soumettent totalement les démocraties à leurs caprices et qu’il ne soit trop tard.”. 

L’ONG dénonce notamment le caractère “arbitraire” des changements de règlements de Twitter, décidés par son président. Le dernier en date concerne le “doxxing”, dont le “flight tracking est une des formes. Dans un tweet du 15 décembre, Elon Musk en redéfinit les contours. “Poster la position géographique de quelqu’un en temps réel viole le règlement sur le doxing, mais le mettre en ligne en différé est autorisé”, précise-t-il.

La pratique consiste à révéler publiquement des informations personnelles sans l’accord de la personne concernée. Pouvant relever de la cybercriminalité, c’est aussi une source pour les journalistes. Lorsqu’elle révèle des informations jugées d’intérêt public, le doxing est donc un pilier du droit à l’information.

L’arrivée de la désinformation ou le retour de la liberté d’expression ?

Ces atteintes au droit à l’information en surprennent certains, ce dernier s’affichant en défenseur de la pluralité d’opinions. Alors qu’il bannit d’un côté ses détracteurs, il rétablit de l’autre près de 12 000 comptes. Début décembre, on a ainsi vu sur la plateforme le retour de comptes qui avaient été suspendus pour différents propos controversés, la plupart jugés antisémites, racistes, misogynes ou transphobes. 

Le compte le plus emblématique ayant été restauré est bien sûr celui de Donald Trump, exclu du réseau le 8 janvier pour “incitation à la violence” après l’assaut du Capitole le 6 janvier. Mais la réintégration concerne aussi les comptes de personnalités françaises qualifiées par certains médias de “complotistes”, qui se sont notamment manifestés par leur scepticisme pendant la pandémie de Covid 19. C’est le cas de l’alsacien Silvano Trotta, d’Eric Chabrière ou encore de Robert Malone, tous défenseurs des thèses du Professeur Didier Raoult.

Eric Chabrière défend l’hydroxychloroquine sur LCI le 22/03/2020.

Force est de constater que, sur le terrain de jeu d’Elon Musk, la liberté d’expression valse avec la désinformation pour certains, ou un nouvel espoir de se faire entendre pour d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
Lire plus

Premier ministre britannique : Rishi Sunak souhaite réparer les erreurs de Liz Truss 

Ce mardi 25 octobre 2022, Rishi Sunak est devenu le nouveau Premier ministre britannique, succédant à Liz Truss. Cette dernière a décidé de démissionner de son poste le jeudi 20 octobre dernier. En prononçant son discours de départ devant le 10 Downing Street, Londres, Liz Truss devient la première à occuper cette fonction aussi peu de temps. Seulement 44 jours lui auront permis de mettre en place sa politique. Depuis 1945, aucun Premier ministre britannique n’était resté si peu de temps au pouvoir.
drapeau LGBTQI+
Lire plus

Comment protéger les intérêts des personnes LGBTQI+ en Europe ?

L’article 2 du Traité sur l’Union Européenne dispose « l’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités ». Qu’en est-il pour le droit des minorités LGBTQI+ ? Les Jeunes Européens Lorraine ont été interpellés sur la question des droits LGBTQ en Europe lors d’un wébinaire organisé le 27 avril dernier, pour traiter de la question suivante : comment protéger les intérêts des personnes LGBTQI+ en Europe ?
Florence Parly, Ministre des Armées de France, et le général d'armée Thierry Burkhard, aux côtés des forces militaires engagées en Roumanie dans le cadre de la mission AIGLE - TrendsMap via Little Thinktank
Lire plus

La mission AIGLE : l’engagement franco-belge en Roumanie dans le cadre de l’OTAN

Le 28 février 2022, en réaction à l'attaque de la Russie contre l'Ukraine, la France a décidé de s'impliquer aux côtés des forces militaires belges et roumaines dans le cadre de la mission AIGLE, sous égide de l'OTAN. Au travers de cet article, nous allons tenter de comprendre l'objectif de cette mission et la stratégie de l'OTAN pour rassurer les pays de l'est membres de l'Alliance, avec l'exemple de la Roumanie.
Total
0
Share