Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

La Secte Moon au cœur du pouvoir japonais

L’Eglise de l’Unification, plus connue sous le nom de Secte Moon, est depuis une cinquantaine d’années une source d’influence et de soutien aux gouvernements successifs du PLD (Parti Libéral Démocrate). Parmi ses membres, Shinzo Abe, dont la mort a provoqué une vague de révélations concernant leurs liens étroits. Qu’en est-il réellement ?

Partagez ce post

Photo de Kurita KAKU / Gamma-Rapho via Getty Images
Photo de Kurita KAKU / Gamma-Rapho via Getty Images
La Secte Moon, qu’est-ce que c’est ?

On ne peut bien sûr évoquer la secte sans parler de son créateur. Sun Myung Moon, un personnage très controversé. Né en 1920 en Pyongan du Nord (actuelle Corée du Nord), Moon déclare avoir reçu la « visite » de Jésus Christ à l’âge de 15 ans. Ce dernier lui aurait confié le flambeau de sa mission sur Terre, rendre l’humanité exempte de tous péchés. C’est dans ce but qu’il crée sa propre église en 1954, L’Association du Saint-Esprit pour l’Unification du Christianisme mondial. Cette initiative n’est pas unique dans une Corée en reconstruction après une guerre fratricide dévastatrice. En effet, une vague de création d’églises se développe dès la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dès 1955, l’Eglise s’installe dans une maison près de Chong-Padong. Elle développe rapidement quelques centaines de centres à travers toute la Corée du Sud.

L’influence de l’Eglise s’étend rapidement à travers le monde, grâce à des disciples prêchant la parole pour le compte de Sun Myung Moon.

Moon lui-même a côtoyé de nombreux chefs d’Etat étrangers tels que Richard Nixon, qu’il soutient lors du Watergate. Côté français, la secte Moon a fait un temps la part belle au Front National, en finançant notamment certaines campagnes électorales.

John Marshall Mantel/AP
Quelles sont ses missions ?

L’Eglise de l’Unification est connue principalement pour ses grandes cérémonies de mariages collectifs. La dernière en date s’est tenue en 2018 avec plus de 4000 mariages en une cérémonie. La plupart des couples, venus du monde entier, ne se connaissaient pas quelques jours auparavant, et communiquaient parfois dans une langue différente.

Autre grande mission de la secte Moon, le combat contre le communisme. Pour comprendre cela, il faut remonter dans le passé de son fondateur. En 1946, Moon est arrêté par les autorités communistes qui traquent les groupes religieux. Il est torturé et laissé pour mort dans une congère aux portes de la prison. Sa quête contre les communistes via son Eglise prend les traits d’une vengeance.

Mais au-delà des « missions » internes, l’Eglise pour l’unification joue, depuis sa création un autre rôle d’influence bien défini dans une sphère de pouvoir, la politique.

Une forte influence de la secte

Les liens entre le Parti Libéral Démocrate et la secte Moon remontent au milieu du XXème siècle. Tout d’abord, un lien idéologique existe. En effet, le PLD est un parti dit conservateur, opposé par exemple aux mariages homosexuels. Mais concrètement, la connexion remonte aux années 50 lorsque Nobusuke Kishi, ancien Premier ministre japonais et accessoirement grand père de Shinzo Abe avait aidé la secte à s’implanter au Japon. C’est dans les pas de son grand père que le défunt Premier ministre a donc soutenu, durant toute sa vie, la secte Moon.

Si le gouvernement soutient la secte, celle-ci peut en faire autant, lors des campagnes électorales et des élections notamment. Distribution de tracts, présence lors des meetings, vote pour les candidats choisis par la secte, les fidèles peuvent jouer un rôle important lors d’élections serrées.

Il est cependant difficile de véritablement quantifier le rôle de la secte dans le paysage politique japonais, et c’est justement cela qui inquiète. Qu’en est-il aujourd’hui après la mort de Shinzo Abe ?

Les changements après la mort de Shinzo Abe
MAURIZIO GAMBARINI/DPA/PICTURE-ALLIANCE/MAXPPP

C’est avec la mort de l’ancien Premier ministre que les révélations ont fait surface. En effet, le meurtrier de Abe a expliqué son acte comme une vengeance contre l’Eglise. La mère de l’assassin était elle aussi membre de la secte et avait fait faillite après des dons répétés. Shinzo Abe, dont la connexion avec Moon était de notoriété publique, est devenu une cible parfaite pour se venger de l’Eglise.

La mort de l’ancien chef de l’Etat entraine une vague de révélations sur la place de la secte dans le pouvoir politique japonais.

Le Premier ministre actuel est en effet mis en balance à cause de liens trop nombreux entre son gouvernement et l’Eglise de l’Unification. Son taux de popularité ne fait que chuter sous le poids des critiques. Le gouvernement a ainsi annoncé vouloir se séparer des 179 députés accusés d’être proches de la secte Moon. Il a également déclaré vouloir « couper tout contact avec le groupe ». Cependant, le PLD (parti au pouvoir) ne semble pas vouloir insister sur les rôles et les influences institutionnelles de la secte en se cachant derrière la mort de Abe, qui ne peut plus répondre des accusations.

La mort de Abe et les velléités de changement du Premier ministre peuvent-elles marquer le recul de l’influence de la secte Moon dans la politique japonaise ? Ou cela ne serait-il qu’un leurre pour écarter les critiques du gouvernement ?

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share