Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

Le Grand Basculement : Comment l’élection de Trump pourrait redessiner la politique mondiale

Picture of Mehdi KRIKEB

Mehdi KRIKEB

Selon les médias américains, les primaires américaines, démarrées le 15 janvier avec le caucus de l'Iowa, assurent dorénavant officiellement les candidats des deux grands partis politiques lors des conventions estivales. Cette année, la figure dominante républicaine est sans conteste Donald Trump, dont l'ascension reflète un paysage politique américain en pleine transformation. Malgré tous les procès et la pression médiatique, la réélection du 45e président des Etats-Unis à la tête de la maison blanche est plus possible d’après Reuters. Mais comment une éventuelle réélection de Trump pourrait redessiner la carte géopolitique mondiale, sous le prisme d'un monde en perpétuel changement. 

Partagez ce post

La Trump Tower à New-York (Etats-Unis) - Pexels
La Trump Tower à New-York (Etats-Unis) - Pexels

Réévaluation des alliances traditionnelles

La remise en question par Trump de la valeur et du coût des alliances militaires, notamment avec l’OTAN, représente un pivot potentiel dans la politique étrangère américaine. En critiquant ouvertement le déséquilibre financier au sein de l’OTAN, Trump a soulevé des questions fondamentales sur l’avenir de ces alliances. “Nous devons nous assurer que toutes les nations paient leur part équitable pour notre défense collective,” affirmait-il lors d’un discours au Pentagone. Cette posture a suscité des réactions mitigées, certains y voyant une nécessaire mise à jour des engagements financiers, tandis que d’autres craignent une érosion de la solidarité transatlantique.

Experts et diplomates expriment leur inquiétude quant à la possible fragilisation des liens séculaires. “Une alliance ne peut se résumer à des transactions financières. Il s’agit d’un engagement mutuel pour la sécurité et les valeurs démocratiques,” commentait l’ancien ambassadeur américain à l’OTAN, Richard L. Morningstar, dans une interview pour “The Atlantic“. L’incertitude quant à l’engagement des États-Unis pourrait encourager certains membres à chercher des alternatives pour leur sécurité, potentiellement en se rapprochant de puissances comme la Russie ou la Chine, redéfinissant ainsi l’équilibre sécuritaire global.

Ukraine et Israël : Points de basculement

L’approche de Trump vis-à-vis de l’Ukraine et d’Israël témoigne d’une volonté de négocier directement des solutions à des conflits complexes. En minimisant la complexité de la crise ukrainienne, Trump a proposé des solutions qui pourraient, selon lui, être rapidement mises en œuvre. “L’Ukraine pourrait être un sujet de négociation, pas de confrontation,” déclarait-il. Cette simplification des enjeux géopolitiques ignore cependant les profondeurs historiques, culturelles et politiques des conflits, risquant de sous-estimer les conséquences de décisions hâtives.

Quant à Israël, les Accords d’Abraham ont indéniablement transformé certaines dynamiques régionales, en normalisant les relations avec plusieurs États arabes. Cette avancée, bien que significative, laisse en suspens la question palestinienne. La politique de Trump, concentrée sur le renforcement des liens avec Israël et la marginalisation des revendications palestiniennes, pourrait à terme exacerber les tensions dans la région. “La paix durable au Moyen-Orient requiert une solution qui respecte les droits de tous les peuples,” affirmait un expert en relations internationales, Sarah Khan, dans une tribune pour “Foreign Affairs”.

La stratégie de Trump au Moyen-Orient, en particulier sa politique de “pression maximale” sur l’Iran, a réaligné certaines alliances régionales. La confrontation avec l’Iran a rapproché Israël de plusieurs de ses voisins arabes, redéfinissant les axes diplomatiques traditionnels. Cette politique, toutefois, comporte le risque d’aggraver les tensions régionales et de provoquer une course aux armements. “La stabilisation du Moyen-Orient passe par le dialogue et la coopération, pas par l’isolement,” notait le diplomate émirati Anwar Gargash lors d’une conférence sur la sécurité à Abu Dhabi.

La poursuite de cette politique sous une seconde administration Trump pourrait solidifier ces nouveaux alignements, tout en rendant plus complexe l’approche d’une résolution pacifique avec l’Iran. La mise à l’écart de l’accord sur le nucléaire iranien, combinée à un soutien accru aux adversaires régionaux de l’Iran, pourrait non seulement intensifier les tensions mais également pousser l’Iran vers une posture plus agressive, tant régionalement qu’internationalement.

Implications globales d’une réélection

L’impact d’une réélection de Trump ne se limiterait pas aux relations bilatérales ou régionales ; il pourrait également influencer les normes et les institutions internationales. La préférence de Trump pour les accords bilatéraux, au détriment des engagements multilatéraux, pose la question de l’avenir de la gouvernance mondiale. “Nous assistons potentiellement à un recul de l’ordre multilatéral au profit d’un système international où la force et l’influence priment,” analysait James B. Steinberg, professeur de relations internationales, dans un débat sur la politique étrangère américaine.

L’attitude sceptique de Trump envers les changements climatiques et son retrait de l’Accord de Paris ont déjà illustré les conséquences de sa politique sur les efforts mondiaux en matière de gouvernance environnementale. Une réélection pourrait entraver davantage la coopération internationale dans ce domaine crucial, à un moment où l’urgence climatique exige une action collective renforcée.

Un Avenir Incertain

La réélection de Donald Trump marquerait une consolidation des changements initiés pendant son premier mandat, avec des conséquences durables pour la structure des alliances internationales, la résolution des conflits et la gouvernance mondiale. Alors que certains y voient l’opportunité de redéfinir les engagements américains à l’étranger, d’autres s’inquiètent des répercussions sur la stabilité mondiale et la capacité à adresser des défis globaux.

Les élections de 2024 ne détermineront pas seulement la direction de la politique intérieure américaine, mais aussi la manière dont les États-Unis interagiront avec le reste du monde dans les années à venir,” résume Elizabeth N. Saunders, spécialiste de la politique étrangère. L’enjeu n’est pas seulement la position des États-Unis sur l’échiquier mondial, mais également la nature de l’ordre international qui émergera de cette période de transition.

Dans ce contexte, la réélection de Trump pourrait soit renforcer la position globale des États-Unis en affirmant une approche unilatérale et transactionnelle des relations internationales, soit provoquer un réalignement stratégique majeur, illustrant la complexité et l’interdépendance de la géopolitique contemporaine. La portée de ce “Grand Basculement” sera ressentie bien au-delà des frontières américaines, soulignant l’importance cruciale de l’élection de 2024 pour l’avenir de la politique globale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share