Béchir Ben Yahmed, fondateur du journal Jeune Afrique, est décédé

Lundi 3 mai, le fondateur de Jeune Afrique, Béchir Ben Yahmed s’est éteint alors qu’il était âgé de 93 ans. Il était hospitalisé dans un hôpital parisien depuis le fin du mois de mars, après avoir contracté la COVID-19. Véritable observateur des indépendances africaines dans les années 1960, Béchir Ben Yahmed a su faire de son magazine un incontournable pour suivre l’actualité africaine.
Béchir Ben Yahmed, le fondateur de Jeune Afrique, dans son bureau parisien. Vincent Fournier/JA

Béchir Ben Yahmed naquit à Djerba en 1928, dans un Tunisie au diapason du protectorat français. Jeune, il s’engage très vite dans le combat pour l’indépendance de la Tunisie et rejoint les rangs d’Habib Bourguiba qui lui confiera le poste de secrétaire d’État à l’information alors qu’il n’est seulement âgé que de 28 ans.

En 1956, il va d’abord créer un premier magazine nommé l’Action. Se passionnant pour le journalisme, il décide de quitter ses fonctions au sein du gouvernement tunisien pour fonder Afrique Action en 1960 qui est rebaptisé Jeune Afrique. Il s’envole pour Paris et y implante les locaux de son journal qui a réussi à devenir une incontournable référence, conformément à ses rêves. Il est le premier journal francophone d’Afrique au niveau des diffusions et connaîtra de grandes plumes comme celle de Franz Fanon.

Jeune Afrique
Illustration de la une de Jeune Afrique

Anticolonialiste assumé, Béchir Ben Yahmed est un journaliste et éditorialiste qui aura la chance de rencontrer les grands personnages de son époque comme Nasser, Che Guevara, Lumumba, Ben Barka et Ho Chi Minh. Il réussit à faire face aux difficultés que rencontre le magazine en le gérant tel un chef d’orchestre.

https://www.jeuneafrique.com/medias/2021/05/03/jad20210503-hommage-bby-photo9-592x296.jpg
Béchir Ben Yahmed rencontre Ho Chi Minh pour une interview

Dans les années 2000, ses fils Amir et Marwane prennent la relève de leur père, épaulés par François Soudan pour mener à bien l’avenir de Jeune Afrique.

Béchir Ben Yahmed laisse le souvenir d’un homme passionné par son continent, engagé contre le despotisme colonial, mais aussi celui d’un homme qui a voulu raconter l’Afrique en faisant vivre son actualité. On gardera dès lors en mémoire, le souvenir d’un homme bon et d’un battant qui n’a jamais cédé aux pressions politiques à son encontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
Lire plus

La réouverture des frontières en Australie et en Thaïlande après de longs mois de verrouillage

Ce lundi 1er novembre, deux pays ont rouvert leurs frontières après de longs mois de fermeture. Face à la propagation de la Covid-19, l’Australie et la Thaïlande ont très vite réagi en prenant des mesures très restrictives. Quasiment totalement fermées depuis mars 2020, ces deux monarchies constitutionnelles de l’hémisphère Sud vont enfin assouplir leurs politiques d’ouverture pour les voyageurs vaccinés.
Un résident devant les débris d’un bâtiment détruit à Mogadiscio le 30 octobre 2022 afp.com – HASSAN ALI ELMI
Lire plus

Somalie : Nouvelle attaque dans un pays en crise

Ce samedi 29 octobre, Mogadiscio, capitale de la Somalie, a été une nouvelle fois la cible d’un attentat. Deux voitures piégées ont explosé devant le ministère de l’éducation. Cette attaque est symptomatique des maux du pays. Entre terrorisme, famines et instabilité politique.
Lire plus

La PMA pour toutes arrive-t-elle en France?

Ce mardi 8 juin a été adopté le projet de lois bioéthiques par l’Assemblée nationale en troisième lecture, avec 81 voix contre 39. Les députés doivent poursuivre dans les prochains jours l’examen du projet de loi, qui ira une troisième fois devant le Sénat le 24 juin. Près de deux ans après le début des débats parlementaires, la procédure ralentie par la crise du Covid-19 est en voie de s’achever. À moins d’un an des élections présidentielles, les discussions autour du projet de loi s’annoncent mouvementées.
Total
4
Share