Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le journal pour les jeunes, par les  jeunes

Manchester City de Guardiola : l’apogée du Football ?

En quête de sa première Ligue des Champions de son histoire, Manchester City s’est donné les moyens afin d’y parvenir. Avec le recrutement d’Erling Haaland et une ossature de grande qualité. Est-ce que nous aurions pas face à nous l’équipe la plus redoutable jamais vu en Angleterre ?

Partagez ce post

Kevin De Bruyne célèbre son but avec Manchester City contre Arsenal en Premier League, le 15 février 2023. (IAN KINGTON / AFP)

Tournant de la saison

Vous avez sûrement eu du mal à le rater, le mercredi 26 avril se jouait certainement le titre de champion de la Premier League. Deux équipes s’affrontaient : Manchester City et Arsenal. La première restait sur deux trophées consécutifs en championnat, cumulant les victoires et un jeu extrêmement attrayant, le tout chapeauté par le technicien Pep Guardiola. La deuxième se trouve enfin dans une très bonne passe après le départ de l’emblématique Arsène Wenger. Le club mythique d’Arsenal peine à revenir dans le haut du classement en championnat ces dernières années, enchaînant les échecs et les mauvais choix de transfert. Mais depuis que Mikel Arteta, ancien joueur du club, a repris les rênes, tout semble aller mieux, allant jusqu’à figurer, encore aujourd’hui, à la tête de la Premier League.

Ce match au sommet était donc très attendu. Pourtant, nous n’avons pas assisté à la bataille espérée. Très vite, les coéquipiers d’Erling Haaland ont pris le dessus sur leurs adversaires du soir. Dès l’entame du match, j’ai senti une équipe d’Arsenal fébrile et timide dans les duels. Les Citizens ont déployé leur pressing habituel, obligeant les rouges à dégager et donc à perdre le ballon. La pression des supporters de Manchester et l’enjeu du match ont sûrement nui au plan d’Arteta.

Les joueurs de Manchester City célèbrent leur deuxième but contre Arsenal, à l’Etihad Stadium, le 26 avril 2023. (IAN STEPHEN / AFP)

Nous savons comment joue Manchester City : une circulation de balle et un très fort taux de possession. Pourtant, ce n’est pas dans ce domaine qu’ils m’ont le plus impressionné, mais bien dans le secteur défensif et leur capacité à ne concéder aucune occasion de la part de l’équipe adverse. Devant ma télé, je ne voyais pas comment Ederson, le gardien de Manchester City, pouvait être inquiété. Avec Pep, nous sommes habitués au 4-3-3 classique, que ce soit avec le grand Barça ou le Bayern Munich. Pourtant, dernièrement, l’Espagnol n’hésite plus à choisir une formation devenue « à la mode » : les défenses à 5 (ou à 3, en fonction des latéraux). Une composition qui lui réussit, faisant de cette équipe l’une des plus complètes que j’ai rarement vues en compétition.

Guardiola : où sont les caméras ?

Ce n’est plus une surprise, l’actuel coach de Manchester City fait partie des plus grands entraîneurs de ce sport. Innovateur et véritable source d’inspiration pour les jeunes entraîneurs en devenir. C’est bien son équipe, le FC Barcelone dans les années 2010, que l’on cite souvent en premier afin d’illustrer les plus belles équipes ayant joué au football. N’en déplaise aux détracteurs qui n’hésitent jamais à tirer sur Guardiola après une défaite ou une élimination en Ligue des Champions. Cela est arrivé après la défaite de City contre Chelsea en finale de la Ligue des Champions en 2021, lorsque le coach espagnol avait décidé de se passer d’un véritable attaquant de pointe, laissant Aguero et Gabriel Jesus sur le banc.

Guardiola est connu pour son obsession du détail et son approche méthodique du jeu. Souvent critiqué pour son arrogance, Pep Guardiola prend du plaisir à entretenir son image. Véritable perfectionniste (peut-être un peu trop ?). Il se met souvent en lumière par des séquences où il échange avec ses joueurs de manière très véhémente.

Un exemple résonne dans ma tête, après le match nul (0-0) entre le Bayern Munich et le Borussia Dortmund en Bundesliga. L’entraîneur s’est précipité sur le terrain pour saluer les joueurs des deux équipes. Cependant, il a décidé de s’adresser personnellement à Joshua Kimmich et l’a pris à part pour une discussion animée. Pendant plusieurs instants, l’entraîneur du Bayern Munich a semblé sermonner son milieu de terrain de manière directe et agressive, avant de finalement le serrer dans ses bras. Kimmich, quant à lui, est resté impassible face à cette critique. Des méthodes désormais connues pour lui, qui sait pertinemment qu’il est filmé à ce moment-là. Des exemples, il en existe plusieurs. Il pense sûrement entretenir son héritage en se bâtissant un véritable personnage.

Pep Guardiola et Joshua Kimmich après le match nul (0-0) du Bayern Munich

Haaland & De Bruyne : le duo qui fonctionne

Au grand désespoir d’Arsenal, Manchester City était en forme. Porté par un duo d’exception en la personne de Kevin De Bruyne et Erling Haaland. Pourtant, les rôles se sont inversés à l’Etihad Stadium. Habitué à recevoir des caviars du Belge, le Norvégien a pour une fois régalé son compère d’attaque. Dans un rôle de pivot, Haaland a mis à rude épreuve le défenseur Rob Holding, en grande difficulté, titulaire à la place de Saliba, blessé. Ce dernier a même délivré ses deux premières passes décisives de la saison à De Bruyne. L’entraîneur espagnol s’est vu enchanté de la prestation de ses deux joueurs : « La connexion entre Kevin (De Bruyne) et Erling est extraordinaire et nous avons essayé de l’utiliser autant que possible ».

Pep Guardiola dispose donc de la dernière pièce de son puzzle pour conquérir la Ligue des Champions. Afin d’illustrer cette relation entre les deux joueurs, Erling Haaland a fait une déclaration d’amour à sa manière envers son coéquipier : « Qui emmènerais-je sur une île déserte ? Je pense que Kevin De Bruyne m’assistera toujours très bien. Et je prendrais aussi mes parents pour qu’ils prennent soin de moi. Ils pourront me cuisiner des plats norvégiens ». Avec cette prestation, le numéro 9 de City confirme qu’il est l’un des meilleurs attaquants du monde actuellement et certainement le plus complet.

Avec une saison exceptionnelle et quelques nouveaux records à son actif, Haaland devient le candidat le plus crédible pour le Ballon d’Or en fin d’année, d’autant plus s’il décroche la coupe aux grandes oreilles en mai. Le Real Madrid sera sur le chemin de l’équipe mancunienne, ainsi qu’un des deux clubs milanais dans une potentielle finale.

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Share