La voiture hydrogène : quel avenir ?

Avec l’interdiction de la vente de véhicules thermiques à partir de 2035, beaucoup de technologie semblent se démarquer pour remplacer la voiture thermique traditionnelle. C’est notamment le cas de l’hydrogène, une technologie présente depuis de nombreuses années dans le paysage automobile et qui commence à sérieusement à se développer en Europe. En effet, l’Union Européenne a de vastes ambitions pour 2030. La commissaire européenne aux Transports, Adina Vălean, veut « une station au minimum tous les 150 kilomètres » pour ainsi étendre la technologie hydrogène à travers l’Europe.
BMW iX5 concept roulant à l’hydrogene (source: H2 Mobile)
Comment ça fonctionne la voiture à hydrogène ?

Le fonctionnement de la voiture hydrogène est connu depuis de nombreuses années. En effet, cette motorisation existe depuis les années 90′. Chrysler développera quelques prototypes en 1994 et Mercedes proposera la première voiture hydrogène de série avec la Mercedes Classe B F-Cell en 2005.

La voiture hydrogène fonctionne autour du principe de la pile à combustible. Elle permet de transformer un combustible, comme de l’hydrogène, en électricité et en eau grâce à de l’oxygène. Dans la pile, une réaction d’oxydoréduction se produit permettant de créer l’électricité. Cette électricité produite à l’intérieur de la pile permettra de faire avancer la voiture. La particularité de cette motorisation, c’est qu’à la sortie du pot d’échappement on retrouvera de l’eau.

Châssis de la Toyota Miraï roulant à l’hydrogène (source: H2 Mobile)
Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

L’avantage de celui-ci, c’est qu’une automobile roulant à l’hydrogène est capable de purifier son environnement. Autre avantage de l’hydrogène : une énergie renouvelable est présente en quantité presque infinie dans la nature. De plus, par rapport à l’électrique, la recharge est plus rapide (environ 5 minutes contre 30 minutes pour la voiture électrique), l’autonomie est plus importante (environ 750-800 km pour un véhicule hydrogène contre max 500 en conditions réels pour un véhicule roulant à l’électrique) et elle émet 0 gramme de CO2 lors du roulage du véhicule.

Néanmoins, elle possède quelques inconvénients. Dans un premier temps, la manière dont l’hydrogène est produit. En effet, la majorité d’hydrogène est produite à partir d’énergies fossiles (l’hydrogène peut être aussi produit de manière totalement écologique). Ensuite, on peut évoquer l’inflammabilité et la puissance limitée de l’hydrogène.

Exemple de station de recharge pour véhicules hydrogène allemande (source: les Echos)

Le dernier problème est lié aux réseaux de recharge, même si c’est qu’une question de temps avec le développement progressif de l’hydrogène, cela reste un vrai problème à l’heure actuelle (29 stations hydrogène sont présentes dans toute la France). Cependant avec les moyens mis en place par Total mais aussi par le gouvernement avec 100 millions d’euros, les stations devraient se multiplier comme c’était le cas pour les bornes de recharges des véhicules électriques quelques années auparavant.

Un usage plus professionnel que particulier

Avec seulement quatorze ventes de véhicules hydrogènes en 2021 en particulier, en France, et seulement 2 modèles de série proposés que sont la Toyota Mirai et le Hyundai Nexo, avec des tarifs élevés, cette technologie a du mal à se démocratiser au sein des automobilistes. Cependant on peut s’attendre à l’arrivée de nouveaux modèles d’ici 2025 avec le développement chez d’autres constructeurs comme Peugeot mais aussi BMW et le groupe Jaguar Land-Rover. Toyota, pionnier de cette technologie, en fait l’une de ses priorités pour les années à venir.

Malgré tout cela, l’usage semble plus se destiner aux professionnels. Effectivement, ce sont eux qui possèdent la majorité du parc automobile hydrogène en France et en Europe. C’est le cas de la compagnie de taxi Hype qui s’engage à avoir 100% de sa flotte en véhicule hydrogène.

Taxi Hype roulant à l’hydrogène (source: La Tribune)

Il envisage de déployer près de 10 000 véhicules en 2024 à Paris et dans la région Île-de-France. De plus, il compte se développer dans quinze nouvelles villes en France et à l’international. Cet investissement de près de 20 millions d’euros prendra en charge la création de vingt nouvelles stations de recharge d’hydrogène « vert », c’est-à-dire produit de manière durable et écologique.

L’utilisation de l’hydrogène ne se résumerait pas aux taxis mais aussi aux poids lourds, bus ou encore utilitaires. En effet, ces derniers peuvent stocker davantage et subvenir à leurs besoins contrairement à l’électrique qui est plus destiné au particulier. France Hydrogène vise 300 000 voitures et utilitaires dans son scénario « Ambition 2030 », ainsi que 5 000 camions et bus.

De plus, Air Liquide et Faurecia annoncent un “accord de développement” pour accélérer l’utilisation d’hydrogène pour les poids lourds. Faurecia et Air Liquide prévoient qu’en 2030, 2,5 millions de véhicules à hydrogène seront produits, dont 20 % de poids lourds qui couvriraient 60 % des “besoins du marché de la mobilité”. Ceci pourrait être une avancée considérable car la plupart de ces véhicules roulent encore majoritairement au diesel.

Poids Lourd roulant à l’hydrogène (source: Caradisiac)
En conclusion

Contrairement à ce qu’on pensait il y a plusieurs années, l’avenir de l’hydrogène semble plutôt prometteur. En effet, les moyens mis en place laissent la porte grande ouverte à cette technologie même si cela se destine davantage aux professionnels qu’aux particuliers. Il ne serait donc pas surprenant de voir des véhicules hydrogènes mais aussi des stations se multiplier dans les années à venir. Même si cela reste un long chemin pour la mobilité hydrogène.

https://www.auto-moto.com/green/voiture-a-hydrogene-fonctionnement-avantages-problemes-279165.html#item=1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts
Total
0
Share